(Madrid) Le ténor espagnol Placido Domingo a affirmé vivre un « cauchemar » en raison des accusations de harcèlement sexuel émises par plusieurs femmes depuis plusieurs mois, dans un entretien publié vendredi par le média espagnol El Condidencial.

Agence France-Presse

« Je me suis senti jugé et condamné, mais je n’ai été accusé d’aucun délit […] Je continue de travailler, d’étudier, de répéter et de me produire. Cela me donne la sérénité dont j’ai besoin pour affronter ce cauchemar », a confié le chanteur mondialement connu.

Lisez l’entrevue (en espagnol)

Dans une enquête publiée en août par l’agence Associated Press, neuf femmes ont affirmé avoir été harcelées par le chanteur à partir de la fin des années 1980.

Associated Press a publié le 7 septembre une seconde enquête affirmant que onze autres femmes, se disant elles aussi victimes, s’étaient manifestées.

Le chanteur de 78 ans a toujours fermement nié ces accusations.

« Je n’ai jamais exercé de représailles, raccourci ou brisé la carrière de qui que soit. Je n’ai jamais promis un rôle en échange de faveurs », a-t-il ajouté dans cet entretien.

« Ces derniers mois ont été sans aucun doute les plus difficiles de ma vie », a-t-il insisté.

Après ces accusations, Placido Domingo a quitté en octobre la direction de l’opéra de Los Angeles, qu’il occupait depuis 2003.

Il a également renoncé à se produire au Metropolitan Opera de New York. L’orchestre de Philadelphie et l’opéra de San Francisco ont annulé ses représentations prévues cette saison, et l’opéra de Dallas a annulé un concert programmé en mars 2020.

Il continue néanmoins à donner des spectacles à travers l’Europe. Ovationné cet été au Festival de Salzbourg, en Autriche, et à Szeged, en Hongrie, il a chanté en octobre à Zurich et à Moscou, et se produit à partir de lundi à Valence.