(Moscou) Le chanteur lyrique espagnol Placido Domingo, accusé aux États-Unis de harcèlement par une vingtaine de femmes, a été accueilli à bras ouverts mardi à Moscou, où il se dit « heureux » de se produire en concert cette semaine.

Agence France-Presse

Les scènes européennes continuent à accueillir le chanteur de 78 ans, qui a été récemment ovationné en Autriche, en Hongrie, et dimanche à Zurich.

Sa carrière semble en revanche terminée aux États-Unis, à la suite de la publication en août et septembre de deux enquêtes par l’agence américaine Associated Press, selon lesquelles vingt femmes affirment qu’il les a harcelées.

Lors d’une conférence de presse dans la capitale russe, le légendaire ténor — désormais baryton — a évité le sujet, qui a provoqué sa démission début octobre de la direction de l’opéra de Los Angeles qu’il occupait depuis 2003, ainsi que l’annulation de ses représentations sur plusieurs scènes américaines.

« L’enquête est en cours, il n’est pas possible d’(en) parler », a-t-il esquivé, interrogé par l’AFP.

« Je suis extrêmement heureux de revenir en Russie », a-t-il déclaré, promettant de se produire au théâtre Bolchoï à Moscou prochainement.

Le célèbre altiste et chef d’orchestre Iouri Bachmet, qui doit se produire avec lui jeudi dans une salle de concert de la capitale russe, a pour sa part dit sa « joie immense » de se produire avec le « maestro ».

« Nous l’avons aimé, nous l’aimons et nous continuerons à l’aimer », a-t-il ajouté.

Les femmes citées par AP accusent Domingo d’attouchements, de baisers forcés, de remarques déplacées et d’avoir nui à leur carrière en cas de refus. Selon les témoignages, ces faits se sont produits depuis au moins la fin des années 1980.

Domingo, réputé être un des plus grands chanteurs du vingtième siècle, s’est défendu de ces accusations qu’il estime « inexactes », affirmant croire que « toutes (ses) interactions et relations étaient toujours bienvenues et consensuelles ».

Placido Domingo doit se produire à l’opéra de Vienne le 1er novembre.