L'OSM faisait jeudi soir l'essai à Montréal d'une nouvelle formule de concert lancée au Chicago Symphony sous le nom de Beyond the Score et se ramenant à ceci: une oeuvre majeure du répertoire, seule inscrite au programme, est précédée d'une «présentation dramatique», le terme (de l'OSM et non de moi) englobant du parlé et des images.

Claude Gingras LA PRESSE

Le choix pour cette première était excellent et avait attiré une salle comble: le très populaire Tchaïkovsky et sa tumultueuse quatrième Symphonie. Avant l'exécution dirigée par Jean-François Rivest, le public assista à une sorte de mise en contexte historique de l'oeuvre au cours de laquelle le commentateur radiophonique Georges Nicholson et le comédien Gilles Renaud, debout de part et d'autre du podium, abordèrent la vie troublée du compositeur et la signification psychologique de l'oeuvre. Le monologue/dialogue, passant du français à l'anglais et vice versa en quelques instants, était constamment interrompu par de brefs exemples musicaux et assorti de projections sur grand écran d'une multiplicité d'images: portraits du compositeur et de son entourage, paysages, gravures terrifiantes de l'ancienne Russie, etc.

Les deux lecteurs ont livré leur texte intelligemment, mais le préambule était trop long: une heure complète et bien des redites.

À ceux qui connaissent la Quatrième de Tchaïkovsky comme à ceux qui l'entendaient pour la première fois, l'interprétation de Rivest a apporté la confirmation de ce qui leur avait été dit avant l'entracte, à savoir qu'il s'agit d'une oeuvre très dramatique et même troublante, avec ses fracassants appels aux cuivres et ses solos mélancoliques aux bois. J'ai néanmoins quelques réserves: la mystérieuse absence de plusieurs premiers-pupitres de l'OSM, un hautbois et un cor assez faux et, à la baguette, un abus de rallentandos, surtout qu'ils ne sont pas dans la partition.

_________________________________________________________________________

ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE MONTRÉAL. Chef invité: Jean-François Rivest. Georges Nicholson et Gilles Renaud, narrateurs. Jeudi soir, Maison symphonique, Place des Arts.

Programme:

Symphonie no 4, en fa mineur, op. 36 (1877-78) - Tchaïkovsky, précédée d'une «présentation dramatique».