Source ID:; App Source:

Les Violons du Roy : un Noël baroque, mais vivant

Claude Gingras
La Presse

Il était normal que Bernard Labadie puise au baroque français le programme de Noël qu'il destinait cette année à son petit orchestre, Les Violons du Roy, et au petit choeur qui y est attaché, La Chapelle de Québec. Donné deux fois dans la Vieille Capitale la semaine dernière, le concert était repris lundi soir à Pollack où il fit salle comble. Preuve, encore une fois, qu'il n'y a pas de «mauvais soir» quand l'intérêt du public est là.

La publicité du concert était axée sur la Messe de minuit pour Noël de Marc-Antoine Charpentier, où le texte latin est souvent chanté sur des airs populaires associés à la Nativité. L'oeuvre de quelque 25 minutes était placée en fin de concert, c'est-à-dire que, pour y arriver, il fallait passer par une grosse heure de petites pièces, plus de deux douzaines au total, pour choeur, voix solistes et instruments (flûtes à bec, théorbe et hautbois s'ajoutant aux cordes), du même Charpentier et des contemporains Michel-Richard Delalande et Bernard-Aymable Dupuy.

 

Toute cette musique est d'une écriture soignée mais souvent routinière et d'une expression uniforme et même monotone. Les fans du baroque pensent le contraire et c'est leur droit. C'est le mien de ne pas aimer le genre. Je reconnais cependant le haut niveau d'exécution, voire l'enthousiasme et le relief que Labadie y a obtenus de ses chanteurs et instrumentistes. Autant de qualités qui conféraient à cette musique une vie qu'elle n'a pas entre les mains d'amateurs.

Suivant une certaine tradition de musique chorale, Labadie plaçait ses cinq solistes dans le choeur et les faisait chanter comme choristes une fois leurs solos terminés. Chez les cordes, un vibrato réduit suggérait les instruments dits «anciens». Les échanges entre voix et instruments étaient toujours bien coordonnés et la virtuosité des huit violons réunis était stupéfiante.

_______________________________________________________________________________________

LES VIOLONS DU ROY et LA CHAPELLE DE QUÉBEC. Dir. : Bernard Labadie. Solistes: Shannon Mercer et Tracy Smith Bessette, sopranos, Antonio Figueroa et Jeremy Budd, ténors, Alexandre Sylvestre, basse. Lundi soir, Pollack Hall de l'Université McGill.

 




la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer