À l'instar des Jonathan Kreisberg, Nir Felder et autres jeunes guitaristes qui montent sur la scène new-yorkaise, Gilad Hekselman propose ici une signature qui se découvre dans le détail.

Publié le 23 juin 2013
ALAIN BRUNET LA PRESSE

Aux recherches de timbre, il préfère celles du phrasé et des harmonies, s'inscrivant ainsi dans une tradition de la guitare jazz qui remonte à l'aube de son électrification. Ce qui n'empêche pas ce jeune virtuose de poser quelques pellicules synthétiques sur la musique de son trio composé du contrebassiste Joe Martin et du batteur Marcus Gilmore, que renforce parfois le saxophoniste ténor Mark Turner.

Tout est ici exécuté dans l'esprit et les règles de l'art par d'excellents musiciens. Les pièces très personnelles n'y sont pas légion (Nothing Personal), mais on ne boude pas son plaisir.

À écouter : Nothing Personal

JAZZ

Gilad Hekselman

This Just In

***1/2

Jazz Village/Harmonia Mundi