Le monde de la pop tourne actuellement autour de Harry Styles. Entre sa présence remarquée en tête d’affiche de Coachella ce printemps, ses rôles au cinéma de plus en plus fréquents, son aura d’icône du rock en devenir et son nouvel album, Harry’s House, attendu comme le retour du messie, il compte parmi les artistes les plus populaires de l’heure.

Publié le 20 mai
Marissa Groguhé
Marissa Groguhé La Presse

Début de parcours

PHOTO CHRISTIE GOODWIN, FOURNIE PAR TRISTAR PICTURES

Les membres de la défunte formation One Direction : Harry Styles, Louis Tomlinson, Zayn Malik, Niall Horan et Liam Payne

Petit retour en arrière d’abord, pour mieux saisir le chemin parcouru. Maintenant âgé de 28 ans, Styles n’en avait que 16 lorsqu’il s’est présenté aux auditions de la compétition de chant britannique The X Factor. Le jeune homme originaire d’un bourg du centre-ouest de l’Angleterre est alors catapulté au sein d’un groupe avec quatre autres jeunes hommes pour poursuivre l’aventure X Factor : ainsi voit le jour One Direction. Le quintette termine la compétition sur la troisième marche du podium. Durant les cinq années suivantes, il est le boy band le plus adoré (des adolescents surtout) au monde, l’un des groupes les plus vendeurs de l’histoire de la musique. En 2016, One Direction se sépare. Il s’agit du premier jour du reste de la vie de Harry Styles, qui deviendra très vite encore plus populaire que le groupe qui l’a vu naître.

Faire ses preuves

PHOTO HELENE PAMBRUN, TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK DE L’ARTISTE

Harry Styles, « rock star du XXIsiècle »

Le Rolling Stone le qualifie de « rock star du XXIsiècle ». Stevie Nicks le considère comme « le fils qu’elle n’a jamais eu », mais surtout comme l’héritier de la musique de Mick Fleetwood et d’elle. Tout aurait pu s’arrêter pour Harry Styles après One Direction, mais la trajectoire qu’il a empruntée l’a plutôt mené vers les plus hauts sommets. En 2017, sur son premier album solo homonyme, on rencontre cet artiste que l’on pouvait apercevoir au sein du groupe, mais qui a ici pu mieux montrer ses couleurs. Si ses anciens comparses ont tenté différentes avenues musicales, Styles s’est lancé dans le rock & roll. Un rock teinté de pop, certes, mais un rock plutôt convaincant. Il ne persuade pas encore tout le monde avec ce disque. L’effort est prudent. Il le dira lui-même, il n’a pas osé faire un album « fun », il s’est embourbé dans le profond désir de montrer de quoi il était capable. Quoi qu’il en soit, le disque marque un départ somme toute réussi. Et lorsqu’arrive la suite, Fine Line, en 2019, la vedette pop sort finalement de son cocon.

Le style Harry Styles

PHOTO BHG, TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK DE L’ARTISTE

Harry Styles est devenu une icône de la mode.

Fine Line est « bourré de personnalité et de charme », titre le magazine spécialisé NME à sa sortie. Pitchfork trouve que les hommages qui pavent le disque empêchent l’auditeur de bien saisir quel genre d’auteur-compositeur est vraiment Harry Styles. Pour le Rolling Stone, par contre, il prouve être un « dieu du rock » avec ce second disque. Le magazine place Fine Line en 491e position dans sa liste des 500 meilleurs albums de tous les temps. Tous les regards sont tournés vers Harry Styles. Il y a la musique, d’une part, mais aussi l’image, de l’autre. Dans les deux cas, Styles s’affirme de plus en plus, est érigé comme figure de référence. L’année précédant la sortie de l’album, il devient l’égérie de Gucci. Sur le tapis rouge du Met Gala en 2019, il revêt un haut transparent et en dentelle Gucci, une perle à son oreille, un look androgyne à souhait. En tournée, ses vêtements de scène sont toujours plus flamboyants. Sur la couverture du magazine Vogue (il est le premier homme à figurer seul en une), en 2020, il porte une robe et du vernis à ongles. Harry Styles n’invente rien, d’autres l’ont fait bien avant lui, d’abord dans la communauté queer. Mais le chanteur est vu de tous, admiré par beaucoup. Ses looks inspirent, chamboulent certains codes du mainstream. Pour GQ, il est l’un des musiciens les mieux habillés du monde. Au fil des ans, Harry Styles est devenu une icône de la mode.

Acteur également

PHOTO TIRÉE D’IMDB

Harry Styles incarne Alex dans Dunkerque, de Christopher Nolan

En 2017, tout juste après la sortie de son premier album, Harry Styles figure dans le film Dunkerque, de Christopher Nolan. Ses premiers pas au grand écran sont remarqués, bien qu’il ne tienne qu’un rôle secondaire. Ce n’est que le début d’une carrière d’acteur qui prend un tournant majeur cette année, alors qu’il incarnera son premier rôle principal, aux côtés de Florence Pugh, dans le film Don’t Worry Darling, réalisé par Olivia Wilde. On le verra également à l’automne dans le premier rôle du drame My Policeman, de Michael Grandage. En 2021, il est apparu dans la scène post-crédit du film de Marvel, Eternals, laissant supposer un rôle plus important à venir dans la saga. Vedette rock, muse de la mode et acteur à ses heures : Harry Styles est partout.

Harry’s House

IMAGE FOURNIE PAR COLUMBIA RECORDS

La pochette de l’album Harry’s House

Le retour de Harry Styles a sonné en avril dernier avec la parution de la chanson As It Was.

Il y parle de métamorphose, de solitude, de mélancolie, le tout sur une dansante synthé-pop rappelant les années 1980. Sur ce nouveau disque, explique-t-il en entrevue avec Better Homes & Gardens, il aborde les thèmes de l’appartenance, de la quiétude et du fait de se trouver un chez-soi, qui n’est pas forcément un endroit physique, mais intérieur. Comme bien des gens, Styles a eu tout le loisir de se poser une tonne de questions existentielles pendant la pandémie. Alors qu’il n’avait jamais vraiment pris de pause depuis ces fameuses auditions à The X Factor, il s’est arrêté, enfin. Harry’s House résulte de ce moment de répit et de réflexion. « Je pense que tout le monde a traversé un grand moment d’introspection, de nombrilisme, et je ne pense pas qu’il y a quelque chose de plus nombriliste que de faire un album », dit-il. Si Harry Styles perpétue cette tendance à rendre hommage et à s’inspirer de ses idoles dans sa musique, il se permet cette fois de mettre bien plus de lui-même dans son œuvre. La création est libérée. Pour la première fois, a-t-il confié, il ne sort pas un album en craignant qu’il n’obtienne pas de triomphe commercial. C’est peut-être ce qui assurera justement son succès.