Après un premier opus qui a fait de lui une révélation musicale de sa génération et qui lui a valu notamment le prix de la critique au Gala de l’ADISQ, Les Louanges, né Vincent Roberge, doit se prêter à l’exercice périlleux du deuxième album.

Publié le 22 janvier
Émilie Côté
Émilie Côté La Presse

Crash compte 13 chansons et des interludes. L’auteur-compositeur-interprète se confie sur la perte de contrôle et les chocs de la « vraie » vie d’adulte.

S’il relate un sentiment de déséquilibre, Les Louanges est en pleine possession de ses moyens. Sa pop jazzy et R&B se distingue toujours avec un groove nocturne entraînant dont lui seul a le secret. Or, Crash – c’est souvent le cas sur un deuxième album – s’avère plus expérimental que La nuit est une panthère, notamment sur la chanson Cruze. L’ensemble est aussi plus viscéral, mélancolique et moins indolent.

Ce ton plus frontal et personnel est magnifiquement au service de l’émotion sur les poignantes ballades Facile et Dernière (où l’interprétation à fleur de peau de Vincent Roberge est à son meilleur). Avec Chérie et Encore, l’artiste fait plutôt un excellent usage de son don naturel pour les chansons « chaudes ».

0:00
 
0:00
 

Ne vous surprenez pas d’entendre un segment d’entrevue avec Gaston Miron, mais aussi la voix de Corneille sur la pièce-titre, Crash. Un duo improbable fort réussi qui pourrait se retrouver sur les ondes FM.

Plusieurs écoutes permettent de saisir toutes les subtilités et le flair pop de Vincent Roberge et de son pote coréalisateur et arrangeur, Félix Petit.

Dernière, douce et sobre ballade au piano qui clôt l’album, nous fait conclure que Les Louanges a encore plein de bonnes cartes musicales dans son jeu. Pas de doute, il y aura encore d’autres louanges.

Crash

Chanson pop

Crash

Les Louanges

Bonsound