Forts des leçons de l’été 2020, les festivals régionaux se disent prêts à accueillir les mélomanes en toute sécurité. La plupart ont annoncé leur programme, ouvert leur billetterie et élaboré leur cadre sanitaire. Il ne leur manque que le feu vert de Québec, qu’ils pressent d’annoncer son plan de déconfinement. Aperçu d’un été musical séduisant, à condition que le vaccin tienne ses promesses et que les variants ne jouent pas les trouble-fêtes.

Charles-Éric Blais-Poulin
Charles-Éric Blais-Poulin La Presse

Festival de la chanson de Tadoussac

Du 25 juin au 4 juillet

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Les Trois Accords

Si la tendance se maintient, de nombreux yeux et oreilles seront tournés vers le 37Festival de la chanson de Tadoussac, l’un des premiers rendez-vous musicaux sur le chemin des vacances. Du 25 juin au 4 juillet, au chant des baleines, le charmant village de la Côte-Nord abattra une carte éclectique : Ariane Moffatt, Les Trois Accords, Alaclair Ensemble, Louis-Jean Cormier, Bon Enfant, Bleu Jeans Bleu, Patrick Watson, Plants and Animals, Mon Doux Saigneur, Antoine Corriveau, etc. Le festival, annulé l’an dernier, avait tout de même concocté quelques concerts au mois d’août, question de se faire la main au temps du Purell. Contrairement aux éditions passées, seuls des billets uniques seront vendus. « On a laissé tomber les passeports pour pouvoir mieux contrôler les jauges », explique Julien Pinardon, directeur général. Cette pratique sera privilégiée par la quasi-totalité des évènements régionaux. Si la distanciation physique reste intacte, les sites intérieurs et extérieurs de Tadoussac pourront accueillir de 50 à 170 spectateurs, soit moins que les 250 autorisés par la Santé publique. « Mais tout peut changer », indique M. Pinardon. Lui et ses homologues attendent avec impatience les directives gouvernementales pour la saison des festivals.

Consultez le site du Festival de la chanson de Tadoussac

Le Festival en chanson de Petite-Vallée

Du 2 au 10 juillet

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

Klô Pelgag

Oubliez les bulles sanitaires. Le 38Festival en chanson de Petite-Vallée préfère le champ lexical des « grandes marées ». Trois doivent déferler du 2 au 10 juillet sur la péninsule gaspésienne, attirées successivement par Klô Pelgag, Tire le coyote et Louis-Jean Cormier. Ces « passeurs » seront jumelés à cinq artistes ou groupes ; chacun se produira à deux reprises à l’intérieur des trois journées qui leur seront consacrées. Avant de se retirer, chaque « marée d’artistes » foulera la scène pour présenter un concert collectif. « Notre public aura la chance de voir trois spectacles uniques, se réjouit Alan Côté, directeur général et artistique. Ça promet ! » Philippe Brach, Inès Talbi et Martin Léon assurent tour à tour la mise en scène. Parmi la trentaine de convives : Marie-Pierre Arthur, Safia Nolin, Luc De Larochelière, KNLO, Vincent Vallières et Beyries feront partie de l’une ou l’autre des trois « marées » musicales, tandis que Les sœurs Boulay et Daniel Boucher chanteront en marge du concept. « On a pu faire des spectacles l’été passé à partir de la mi-juillet, et on est sûrs qu’on devrait être en meilleure situation cette année avec les vaccins, même si les variants sont énervants, précise M. Côté. Ça va super bien dans la vente des billets. On se croise les doigts. » Le directeur général espère recevoir les consignes de la Santé publique d’ici la fin du mois de mai.

Consultez le site du Festival en chanson de Petite-Vallée

La Noce de Saguenay

Du 7 au 10 juillet

PHOTO TIRÉE DU COMPTE FACEBOOK DE LA NOCE

Jean-Michel Blais lors d’un concert présenté par la Noce en septembre 2020

Privé de son festival musical phare l’an dernier, Saguenay fêtera sa Noce de froment du 7 au 10 juillet. Le programme, presque finalisé, sera dévoilé dans les deux prochaines semaines. L’équipe souhaite arrimer son offre de billetterie aux prochaines annonces gouvernementales. « Est-ce que je vais pouvoir vendre 250 billets par spectacle ? Un peu plus ? Un peu moins ? C’est ce que j’attends de savoir », indique le directeur général Fred Poulin. Chose certaine. : le festival ne se tiendra pas, comme à l’habitude, dans la Zone portuaire de Chicoutimi, où peuvent se déhancher plus de 10 000 personnes. « Avec 250 spectateurs, ce n’est pas adéquat pour nous. On sera sur un site plus petit, mais tout aussi chaleureux. » Le patron du festival, pour l’instant, se fie aux consignes sanitaires de l’été 2020. « Jamais je ne croirai qu’un an plus tard, avec le vaccin, on ne pourra pas faire au moins ce qui a été fait l’été dernier. » Ce ne sont pas les spectacles eux-mêmes qui posent problème, mais plutôt les déplacements qu’ils provoquent. « Quand ces 250 personnes-là vont arriver, elles vont arriver comment ? Est-ce qu’elles vont être rassemblées ? Est-ce qu’elles vont aller se chercher une bière ? Toute la gestion de la foule doit être étudiée. On fait faire des lavabos, des corridors illuminés, etc. » Pour mieux faire face aux défis pandémiques, Fred Poulin se réjouit de la création, en avril 2020, du Regroupement des festivals régionaux artistiques indépendants (REFRAIN). « Depuis l’année dernière, on s’entraide. Avant, les festivals régionaux, on se parlait une fois par année, mais là, on a des rencontres presque chaque semaine. On a pu, par exemple, profiter de l’expérience du FME en septembre dernier. »

> Consultez le site de la Noce

Le Festif ! de Baie-Saint-Paul

Du 21 au 25 juillet

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

FouKi

À défaut de pouvoir présenter son festival l’été dernier, l’équipe du Festif ! a organisé « La Petite Affaire », un week-end de concerts intimes à Baie-Saint-Paul. Elle revient du 21 au 25 juillet avec « une moyenne affaire », illustre Clément Turgeon, fondateur et directeur du rendez-vous incontournable de Charlevoix. Une cinquantaine d’artistes se succéderont sur une dizaine de scènes extérieures aux quatre coins de la ville. Parmi eux : FouKi, Cœur de pirate, Elisapie, Louis-Jean Cormier, Klô Pelgag, Vincent Vallières, Michel Rivard, The Barr Brothers et Marie-Pierre Arthur. « Nos festivaliers sont curieux musicalement, explique M. Turgeon. Ils écoutent de tout. On est allés dans un spectre large. » Dans la dernière année, le festival n’a jamais lâché sa fidèle communauté : série de mini-concerts Tournée des portes, spectacles virtuels, séances d’écoute en forêt. « Depuis un an, on a fait beaucoup d’activités adaptées à la COVID. On a un bon lien avec la Santé publique. On se garde la porte ouverte, s’il y a moins de mesures que prévu, pour adapter l’évènement en mieux. Pour l’instant, on est dans un scénario réaliste, conservateur et sécuritaire pour tout le monde. » Pour obtenir un laissez-passer pour l’un des concerts, il faudra faire vite : la moitié des billets sont réservés aux résidants de Charlevoix.

Consultez le site du Festif !

Musique du bout du monde de Gaspé

Du 5 au 8 août

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Ilam

Les accords vins et mets feront place aux accords musique et paysage, du 5 au 8 août, alors que se tiendra le Festival Musique du Bout du Monde, à Gaspé. La ville a le luxe des grands espaces, observe Steve Pontbriand, directeur général. « L’idée maîtresse de l’édition est de mettre en valeur le territoire. Chaque artiste se trouve programmé dans un plateau qui lui ressemble. Je pense à Simon Leoza, avec son piano et un quatuor à cordes, au sommet du mont Béchervaise, dans un environnement qui amène à la réflexion, à l’écoute. Même chose pour Ilam au lever du soleil au Cap-Bon-Ami. C’est un peu comme ça pour chaque site. » L’été dernier, le festival n’a pas eu lieu, mais des concerts extérieurs ont animé la ville. La bande festive Clay and Friends, notamment, a offert un spectacle « caché » – le lieu était divulgué à la dernière minute aux détenteurs de billets – dans une clairière en bordure de la Baie-de-Gaspé. La scène se dévoilait après deux kilomètres de marche. C’est ce même endroit qui accueillera des têtes d’affiche comme Sarahmée et Bleu Jeans Bleu, de même que quelque 250 spectateurs distanciés. Cette capacité pourra facilement être revue selon l’évolution des contraintes sanitaires, assure Steve Pontbriand. « Notre perspective est d’agir selon les contraintes plutôt que d’annuler. » La billetterie en ligne sera accessible en ligne à partir du 21 mai.

Consultez le site du Festival Musique au Bout du Monde

Le Festival de Musique émergente de Rouyn-Noranda

Du 2 au 5 septembre

PHOTO DOMINIC MCGRAW, TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK DU FME

Le FME en temps de distanciation

Le Festival de musique émergente de Rouyn-Noranda (FME), qui s’offre en récompense au bout de la 117, a été l’un des rares – sinon le seul – festivals de l’été 2020 à être présenté à la date habituelle et dans une formule quasi (!) normale. Flore Laurentienne, Corridor, Les Louanges et Backxwash y ont entre autres joué dans l’un des 13 sites. L’équipe planche sur la programmation 2021, mais aucune annonce n’est prévue avant juillet, question d’avoir un meilleur portrait des restrictions sanitaires, notamment des jauges et de la distanciation physique imposées. C’est là un des avantages de présenter des concerts à la fin du calendrier estival, au moment où la forte majorité des festivaliers seront pleinement vaccinés. « En ce moment, on se base sur les normes de l’année passée, mais on se laisse beaucoup de latitude pour pouvoir augmenter notre capacité d’accueil, explique la directrice générale, Magali Monderie-Larouche. On va prendre notre temps pour être le plus près possible de ce qu’on a le droit de faire en septembre. »

> Consultez le site du Festival de musique émergente de Rouyn-Noranda