(Chicago) Une mise à jour de l’acte d’accusation qui vise le chanteur américain R. Kelly comprend maintenant des allégations d’agressions sexuelles impliquant une nouvelle victime présumée.

Michael Tarm
Associated Press

L’acte d’accusation mis à jour, dévoilé vendredi à Chicago, comprend toujours 13 chefs contre Kelly, âgé de 53 ans. Cet acte comprend plusieurs chefs de pornographie juvénile et n’est pas substantiellement différent de l’acte original de juillet contre le chanteur, accusé dans trois États américains.

Ce qui est nouveau dans le dossier de Chicago est une référence à une présumée victime appelée « Mineure numéro 6 ». Par contre, l’acte d’accusation ne fait plus référence à une « Mineure numéro 2 », ce qui signifie qu’il y a encore cinq victimes présumées dans le dossier fédéral. On ne sait pas pourquoi la « Mineure 2 » ne semble plus figurer sur la liste des victimes présumées à Chicago.

L’acte d’accusation offre peu de détails sur cette nouvelle accusatrice. On indique qu’elle a rencontré Kelly vers 1997 ou 1998, alors qu’elle avait 14 ou 15 ans. Kelly aurait eu des contacts sexuels ou des rapports sexuels avec elle à cette époque – et pendant plusieurs années avant qu’elle ait 18 ans.

Une audience préliminaire est prévue le 5 mars et le procès devait s’ouvrir le 27 avril, mais cette date sera vraisemblablement repoussée à la fin de l’année.

Kelly fait face à plusieurs dizaines d’accusations pour des crimes à caractère sexuel, au niveau des États et du gouvernement fédéral, dans l’Illinois, le Minnesota et l’État de New York. En plus des accusations d’agression sexuelle, il est notamment accusé d’avoir dirigé un réseau visant à lui procurer des jeunes filles. Le lauréat de prix Grammy a été emprisonné en juillet à Chicago et attend son procès dans une prison fédérale.

Les procureurs fédéraux à Chicago accusent Kelly de s’être filmé au lit avec des filles mineures et d’avoir payé des témoins potentiels dans son procès de 2008 – où il a été acquitté – pour les amener à changer leur témoignage.

En décembre, il a plaidé non coupable par visioconférence à de nouvelles accusations portées à New York. On lui reproche d’avoir voulu acheter une fausse carte d’identité pour une femme non identifiée la veille de son mariage avec la chanteuse R & B Aaliyah, alors âgée de 15 ans, lors d’une cérémonie secrète en 1994.

R. Kelly soutient qu’il n’a jamais agressé personne.