(Paris) Avec ses tubes planétaires, il est le DJ français le plus connu au monde : À 53 ans, David Guetta dit à l’AFP qu’il n’y a « pas d’autre issue » que le vaccin pour mettre un terme à la pandémie de COVID-19 et retrouver le public en 2021.

Agence France-Presse

De passage à Paris pour l’enregistrement de son concert caritatif devant la pyramide du Louvre, le troisième du genre après ceux de New York et Miami, qui sera retransmis en direct le soir du réveillon, David Guetta revient sur une année 2020 « très dure » pour le monde du spectacle.

« Moi je fais partie des favorisés parce que j’ai de l’argent de côté donc je n’avais pas besoin de stresser pour me dire comment je vais manger le mois prochain, mais dans notre industrie, ce n’est pas le cas de tout le monde et c’est très dur pour tous les gens qui font mon métier ou qui ont un métier relié au monde du spectacle », explique-t-il.  

Boîtes de nuit fermées depuis mars, annulation des festivals et des concerts… Pour celui qui a travaillé avec les grands noms de la scène urbaine mondiale, allant des Black Eyed Peas à Rihanna ou plus récemment avec la chanteuse australienne Sia, la seule façon de sortir du marasme est de se faire vacciner.  

« Je sais qu’il y a beaucoup de gens qui n’ont pas envie de le faire (le vaccin, NDLR), mais je ne vois pas d’autres solutions. Il n’y a pas d’autre issue et moi je vais le faire, et j’espère que d’ici l’été prochain on pourra faire la fête comme avant. Parce que si les boîtes de nuit et salles de concert ne rouvrent pas cet été, c’est la mort de tous les artistes », estime-t-il, disant ressentir le manque de la « scène et du public ».

Selon un sondage publié mardi, seuls 4 Français sur 10 souhaitent se faire vacciner contre la COVID-19, faisant du pays de Louis Pasteur, le « champion du monde » des pays réfractaires.  

Élu en 2020, et pour la seconde fois de sa carrière, meilleur DJ au monde par les internautes du magazine DJ Mag, il voit dans ce titre la « reconnaissance » que sa musique « connecte » avec la jeune génération. « Après plus de trente ans de carrière, ça me fait quelque chose de me dire que je suis encore là et qu’on m’écoute toujours autant », confie-t-il.