La populaire chanson Fairytale of New York, composée en 1988 par le groupe irlando-britannique The Pogues, vient d’être censurée en Grande-Bretagne par la BBC. Les responsables du diffuseur public britannique ont jugé la chanson homophobe et offensante et ont décidé la semaine dernière de la caviarder pour que l’on cesse d’y entendre les mots « slut » et « faggot ».

Pierre-Marc Durivage Pierre-Marc Durivage
La Presse

Interprétée en duo avec la chanteuse Kirsty MacColl, la chanson lancée sur l’album If I Should Fall from Grace with God raconte l’histoire d’un couple à la dérive formé à la veille de Noël. À l’opposé des chansons de Noël classiques, cette pièce se veut un pied de nez aux bons sentiments et elle se retrouve bon an, mal an, parmi les titres les plus radiodiffusés en Grande-Bretagne pendant la période de Fêtes – on l’entend aussi régulièrement de ce côté-ci de l’Atlantique.

Ainsi, l’insulte « slut » (salope), jugée offensante, sera remplacée par un bip alors que le juron « faggot » (« pédé »), décrié comme « homophobe », sera remplacé au montage par le mot « haggard », que la chanteuse Kirsty MacColl avait prononcé lors d’une interprétation enregistrée en 1992.

« Nous savons que cette chanson est considérée comme un classique de Noël, et nous continuerons à la diffuser cette année, a indiqué la BBC dans un communiqué. Notre station de radio a des auditeurs plus jeunes que la moyenne. Ils pourraient être offensés par le langage grossier, en particulier pendant les fêtes. »

Le chanteur des Pogues, Shane MacGowan, qui avait déjà vu sa chanson retirée des ondes pendant quelques jours en 2007, s’est contenté de qualifier la situation de « ridicule » dans une brève entrevue au magazine néo-zélandais Metro. Toutefois, le chanteur australien Nick Cave, ami et collaborateur des Pogues, n’a pas mâché ses mots en soutenant que la BBC avait mutilé « la plus grande chanson de Noël jamais écrite ». « Cela en fait une version falsifiée, compromise, apprivoisée et stérilisée, qui ne peut plus être qualifiée de grande chanson, a-t-il ajouté sur son site web Red Hand Files. Dans les chansons, tous les personnages ne doivent pas forcément être décents et respectables. Les méchants sont utiles à l’histoire qui est racontée. »