Monique Giroux n’a pas consacré beaucoup de temps à la convalescence qui a suivi la COVID-19 qui l’a frappée le printemps dernier. L’animatrice de Chants libres avait du pain sur la planche. Et des chansons à faire vivre.

Mario Girard Mario Girard
La Presse

Il fallait d’abord s’atteler à repenser le concept de Carte blanche colorée par…, originalement conçu pour le public de la Cinquième salle de la Place des Arts (PdA). Captés en l’absence de spectateurs, ces happenings musicaux seront maintenant offerts en webdiffusion.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Clémence DesRochers, durant l’enregistrement du spectacle-conférence L’histoire de mes chansons

« On invitait les gens à la Place des Arts, m’a expliqué Monique Giroux. Mais là, on invite la Place des Arts chez les gens. »

Monique Giroux a reçu comme un cadeau la proposition de la PdA d’imaginer un concept pour la Cinquième salle qui ne soit pas un spectacle ou l’aboutissement d’une tournée.

Il suffit que tu me dises ça pour que je sorte mon cahier de sketches, dit-elle. J’ai vu cette idée comme un cahier à colorier. Tu as une esquisse de base, mais tu peux choisir les couleurs que tu veux. C’est ça que les artistes font.

Monique Giroux

Carte blanche colorée par… fera voir et entendre les univers d’Émile Proulx-Cloutier, de Catherine Major, de Beyries, de Marie-Élaine Thibert, de Samian et de Daniel Boucher. À chacun, Monique Giroux a demandé des « leçons et des devoirs ».

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Carte blanche colorée par… fera voir et entendre les univers de l’auteure-compositrice-interprète Beyries, notamment.

« Ils devaient inviter quelqu’un qui n’est pas à la base un chanteur, dit-elle. C’est une idée que j’avais exploitée dans Le cabaret des refrains. Marie-Élaine Thibert a invité Jean-Martin Aussant, Daniel Boucher a invité sa mère. Ils devaient aussi convier quelqu’un qu’ils admirent. Émile Proulx-Cloutier a voulu avoir Pierre Flynn. »

Les artistes devaient aussi offrir une chanson-jalousie, un morceau qu’ils auraient aimé créer. Ils devaient aussi présenter un titre figurant sur un 33 tours qui a marqué leur vie. Enfin, Monique Giroux leur a donné l’occasion de présenter un artiste émergent.

La série démarre ce vendredi avec le rappeur Samian.

Les deux premières émissions (Émile Proulx-Cloutier et Catherine Major) ont pu être enregistrées devant un public. La fermeture des salles de spectacles a toutefois chamboulé le plan. « Il a fallu prendre le contre-pied, dit Monique Giroux. La salle vide sert finalement de fond de scène, car les artistes font dos à la salle. »

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Carte blanche colorée par… démarre ce vendredi avec le rappeur Samian (ici, en 2018).

Monique Giroux n’a que de bons mots pour OBOX, qui a assuré la captation de plusieurs des spectacles. « Il faut absolument que les gens voient ça, dit-elle. On aimerait tellement qu’une chaîne comme Télé-Québec diffuse ce concept. »

D’autres Histoires de chansons

Devant le succès remporté par la diffusion de la série L’Histoire de mes chansons avec Clémence DesRochers, Jean-Pierre Ferland, Yvon Deschamps et Stéphane Venne, Monique Giroux et le producteur Martin Leclerc ont décidé d’offrir de nouvelles éditions qui seront enregistrées et offertes en 2021.

Ainsi, on pourra voir et entendre Roch Voisine (4 mars), Renée Martel (11 mars), Pierre Huet (18 mars) et Serge Fiori (25 mars). Ce concept fort intéressant permet à des créateurs à l’origine de chansons fondatrices de dévoiler les secrets qui entourent leur naissance et leur envol.

Pour interpréter ces précieux opus, on retrouvera sur scène Annie Blanchard, Joe Bocan, Isabelle Boulay, Louis-Jean Cormier, Cindy Daniel, Paul Daraîche, Luc de Larochellière, Alexandre Désilets, Luce Dufault, Kathleen Fortin, Christian Marc Gendron, Antoine Gratton, Laurence Jalbert, Andrea Lindsay, Kim Richardson et d’autres.

Réalisées par Pierre Seguin et produites par Martin Leclerc, ces émissions seront captées au Théâtre de la Ville, à Longueuil.

Mine de rien, Monique Giroux est devenue au cours des derniers mois une spécialiste des émissions offertes en webdiffusion.

Quand j’ai fait le Cabaret des refrains, c’était d’abord un show en salle conçu pour la radio. C’est devenu aussi une émission de télé. J’aime cette idée qu’un concept puisse épouser divers genres.

Monique Giroux

Après des décennies d’émissions, des tonnes de rencontres et d’entrevues, la dame de la chanson a-t-elle parfois l’impression d’être allée au bout de certaines choses, d’avoir soumis toutes les questions de son cahier de sketches ?

« Je me pose forcément la question. Quand tu reçois une artiste comme Clémence DesRochers que tu as interviewée un nombre incalculable de fois, il y a une inquiétude. Mais en même temps, la Clémence d’il y a 25 ans n’est pas celle d’aujourd’hui. Elle est rendue ailleurs. Je me demande surtout ce qui va intéresser ceux qui la connaissent et ceux qui ne la connaissent pas. »

On pourra toujours compter sur Monique Giroux pour puiser au fond d’elle la ferveur qui lui permettra de trouver les bonnes questions. Comme on pourra toujours compter sur elle pour imaginer des concepts qui sont de formidables écrins pour la chanson.

En cette période difficile, elle nous les offre comme un antidote à la morosité ambiante. « Humblement, je crois que les gens ont grandement besoin de cela, dit-elle. Tant mieux si je peux jouer ce rôle. »

Consultez le site de Carte blanche colorée par… 

Consultez le site de L’histoire de mes chansons