Fleet Foxes vient de lancer un album surprise, son quatrième, intitulé Shore.

Émilie Côté Émilie Côté
La Presse

Son leader Robin Pecknold en a signé la réalisation. Rappelons qu’après les deux premiers albums à succès de son groupe (qui se résume beaucoup à lui), il a pris une longue pause pour aller étudier à l’Université Columbia, avant de revenir en 2017 avec Crack-up. Un album magistral, mais somme toute assez tortueux.

Avec Shore, Pecknold avait le désir de faire des chansons lumineuses.

0:00
 
0:00
 

Il y a en effet beaucoup de lumière dans les chansons de Shore. Mais surtout une sérénité apaisante, ainsi que de l’espace, de la chaleur et des voix aériennes (peut-il en être autrement ?) qui donnent l’impression tantôt de voler, tantôt de flotter.

Des pièces comme Jara et Quiet Air/Gioia donnent la chair de poule dès la première écoute grâce à des mélodies prenantes. Featherweight a un air presque religieux. Il y a des arrangements et des instrumentations qui relèvent du génie, notamment sur Going-to-the-Sun Road. Mais aussi des ballades plus épurées, dont I’m Not My Season.

Shore compte 15 chansons réconfortantes. De la musique doudou, mais dont les tissages n’ont rien de simpliste.

PHOTO IMAGE ANTI, VIA ASSOCIATED PRESS

Shore, de Fleet Foxes

L’album est par ailleurs offert dans son intégralité sur YouTube avec un moyen métrage où se succèdent des paysages verts et de mer.

★★★★

Folk-rock. Shore. Fleet Foxes. Anti.