Le Festif ! de Baie-Saint-Paul, qui devait présenter une série de spectacles intimes intitulée La Petite Affaire à compter de la fin du mois juillet, a été contraint de l’annuler « après une réévaluation complète » de leur dossier par la Santé publique. Le REFRAIN, regroupement d’une cinquantaine de festivals régionaux, a dans la foulée dénoncé « l’incohérence » de la Santé publique et s’inquiète pour la suite de l’été chez ses membres.

Josée Lapointe Josée Lapointe
La Presse

Des artistes comme Les Cowboys Fringants et Les Trois Accords devaient par exemple se produire les 25 et 26 juillet, dans un contexte intime et en respectant « toutes les normes en vigueur », avait annoncé le Festif ! il y a deux semaines. L’organisation de l’événement était en place depuis un mois et les procédures sanitaires avaient été approuvées par la Ville de Baie-Saint-Paul et la Sûreté du Québec.

Les billets devaient d’ailleurs être mis en vente à compter de ce lundi. « Il s’agit d’une décision hors de notre contrôle qui survient après certains débordements au Québec dans les dernières semaines », ont écrit les organisateurs du Festif ! sur leur page Facebook. « Bien que nous soyons affectés par cette nouvelle, sachez que nous acceptons cette décision. »

Le porte-parole du REFRAIN, Patrick Kearney, était moins accommodant en fin de journée lundi. « Je suis très déçu et un peu fâché de la tournure des événements. On dirait que depuis qu’il y a eu des débordements la semaine dernière sur la rive sud de Montréal, tout est jammé. »

Si ces spectacles avaient été organisés par un promoteur ou par la Ville par exemple, la Santé publique aurait donné son accord, explique-t-il. « Mais là on tombe sous le décret, et le décret, il dit que les festivals sont interdits, explique Patrick Kearney. Mais ce ne sont pas des festivals qui sont présentés, ce sont des événements organisés par ces festivals. Dans le cas de La Petite Affaire, c’étaient des représentations avec 50 spectateurs, dans le bois ! Pendant ce temps, les rues et les restos de Baie-Saint-Paul sont pleins de monde. »

Patrick Kearney s’inquiète pour ses membres, qui sont nombreux à être en train d’organiser des spectacles pour la fin de l’été en respectant scrupuleusement les normes. « Ils font quoi maintenant ? Comment ils peuvent établir leur plan de match ? On s’était également fait dire qu’on était très proche de passer à un allègement de 50 à 250 personnes, mais ça aussi on dirait que c’est bloqué. »

Le porte-parole explique que de nombreux organismes, dont le REFRAIN, le Quartier des spectacles et le Regroupement des événements majeurs internationaux (RÉMI), ont présenté récemment un plan de mesures sanitaires très précis à la Santé publique. Depuis, ils n’ont reçu aucune réponse.

« On a eu zéro retour. Les festivals ont attendu patiemment depuis le mois de mars, on savait qu’on n’était pas la priorité. Mais là ce serait le bon moment parce qu’il y a une certaine frustration. On peut-tu avoir un retour, pour savoir où on s’en va ? Tout le monde a eu sa chance, les bars, les restaurants. Donnez-la-nous aussi. Il ne faut pas punir tout le monde parce qu’il y en a quelques-uns qui ont agi en cabochons, comme on dit dans ma région natale ! »

En attendant, l’organisation du Festif !, après avoir mis de l’animation à Baie-Saint-Paul depuis des semaines, a décidé de prendre des vacances. « Et il y a huit artistes qui devaient jouer là-bas qui sont déçus », ajoute Patrick Kearney.