Voyant leurs spectacles annulés et leurs projets reportés à cause de la crise de la COVID-19, de nombreux artistes demandent aux radios commerciales d’augmenter leurs quotas de musique québécoise. L’auteur-compositeur-interprète Philémon Cimon s’est même inspiré du « panier bleu » du premier ministre Legault visant à encourager l’achat local pour lancer un cri du cœur, et quelques stations régionales ont emboîté le pas.

Josée Lapointe Josée Lapointe
La Presse

En temps normal, les quotas de musique francophone à la radio sont de 65 %. En lançant le mot-clic #musiquebleue dimanche, Philémon Cimon a demandé qu’ils soient haussés à 100 % pour la musique québécoise en général, « le temps que dure la crise ».

« Je ne vois que du positif dans ça », nous a-t-il dit au téléphone lundi, espérant que son appel fera boule de neige. « C’est bon émotivement parce que c’est rassurant, c’est bon culturellement et c’est bon financièrement. Ce serait comme un laboratoire. Essayons, pour voir si les gens aiment ça ! »

Lisez le texte de Philémon Cimon sur Facebook

Nelson Minville, qui est parolier pour de nombreux artistes dont les chansons jouent régulièrement à la radio, avait fait exactement le même genre d’appel le 24 mars sur sa page Facebook.

« L’impact des annulations de spectacles se fera sentir dans neuf mois, quand nous recevrons nos droits d’auteur, nous a-t-il expliqué lundi. Pour moi, demander aux radios de jouer davantage de musique québécoise, ça relève de la même logique que d’acheter local. Ce n’est pas par nationalisme ou par romantisme, c’est pour une raison d’abord économique. Au lieu d’envoyer les redevances à Ed Sheeran ou à Shakira, elles restent dans notre écosystème. »

La station CFNJ 99,1 et 88,9 dans Lanaudière a immédiatement répondu à l’appel de Nelson Minville il y a deux semaines, explique l’animateur matinal et directeur de la programmation Claude Fournelle. « On encourage l’achat local, on encourage les auteurs-compositeurs d’ici. Surtout qu’en ce moment, ils n’ont que la radio comme source de revenus », dit-il.

En deux semaines, il a constaté que l’effet sur les auditeurs était très positif. « On n’a reçu aucun commentaire négatif. Au contraire, les auditeurs nous disent enfin ! Et nous, ça nous permet d’aller chercher des chansons qu’on n’a pas l’habitude de tourner. On verra où ça mènera après. »

Dernier rempart

Le groupe Arsenal Média, propriétaire des six stations régionales du réseau Plaisir, a également pris la décision lundi de présenter une programmation à 100 % québécoise.

« C’est un geste symbolique », dit le président, Sylvain Chamberland. « Il y a plein d’artistes qui font des trucs non rémunérés sur les réseaux sociaux depuis le début de la crise, pour le plaisir, parce qu’ils aiment leur art. En plus, ce sera long avant qu’ils puissent recommencer à donner des spectacles. Et quand on sait que les droits d’auteur sur les plateformes d’écoute en continu, ce n’est pas beaucoup… »

Les radios sont comme leur dernier rempart.

Sylvain Chamberland, président du groupe Arsenal Média

Cette décision permettra aux stations du réseau de faire jouer davantage d’artistes émergents et moins connus, dit aussi Sylvain Chamberland, mais aussi des artistes anglo-québécois qui n’avaient jamais eu beaucoup de place auparavant.

« Ça agrandit notre catalogue. Il n’y avait pas de meilleur timing pour faire cette expérience. »

Retenue à Montréal

Pour l’instant en revanche, les grands réseaux montréalais s’en tiennent toujours aux quotas de 65 %. « Nous travaillons présentement sur un projet spécial de pair avec l’ADISQ afin de donner une vitrine aux artistes québécois », et dont le détail sera communiqué prochainement, nous répond-on chez Bell Média, propriétaire des stations Rouge et Énergie.

Du côté de Cogeco (CKOI, Rythme), on développe plutôt des projets avec les artistes pour leur permettre de se rapprocher de leurs fans. « Des concerts sur Facebook Live, comme avec King Melrose la semaine dernière, des entrevues, une rencontre avec des auditeurs sur Zoom », énumère la directrice principale des communications et du marketing chez Cogeco, Christine Dicaire. « Nous avons toujours été proches des artistes et nous continuons de l’être. »

Continuité

Chef des affaires du Québec à la SOCAN, Geneviève Côté salue l’initiative des artistes qui voudraient que la consommation de produits culturels fasse partie intrinsèque du Panier Bleu.

« Mais si on fait ça sans être conscients du modèle d’affaires, il nous en manque un bout », dit-elle. Bref, si les radios font jouer de la musique québécoise, mais que les annonceurs les ont désertées à cause de la crise, on n’est pas plus avancé, et l’argent ne circule pas davantage.

En premier, les auditeurs, continuez d’écouter. Ensuite, les annonceurs, continuez d’annoncer. Après, on pourra dire qu’on a été local d’un bout à l’autre. Ce n’est pas juste dans la cour des programmateurs.

Geneviève Côté, chef des affaires du Québec à la SOCAN

Ce qui ne veut pas dire que la bataille pour les quotas de musique francophone à la radio est terminée, dit-elle. « On devait s’en aller en audiences au printemps ou à l’automne… Là, comme tout est arrêté, ça risque de prendre un petit bout avant que ça reprenne. Mais on sent l’intention d’élargir le débat, sur la découvrabilité des artistes à la radio, mais aussi sur les plateformes d’écoute en continu. Ce sera plus global. »

ADISQ

Du côté de l’ADISQ, la présidente, Solange Drouin, distingue un message dans ce vent de solidarité des artistes. « Les gens voient encore la radio comme un élément majeur dans la construction d’une carrière. Et c’est le cas. »

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Solange Drouin, présidente de l’ADISQ

Elle salue donc « toute initiative qui vise à augmenter la mise en valeur de la musique d’ici ». L’ADISQ le fait depuis le début de la crise, entre autres en partageant les recommandations musicales « à plus de 65 % québécoises » d’une foule d’artistes d’ici, qui vont de Roxane Bruneau à Florent Vollant en passant par Pierre Lapointe et Milk & Bone, dans le cadre de la campagne Ensemble chez nous (cherchez « PalmarèsADISQ » sur Spotify ou « ADISQ » sur Apple Music).

Une autre initiative devrait aussi être annoncée d’ici quelques jours, ajoute Solange Drouin. Mais les problèmes sont trop nombreux en ce moment pour que la solution soit unique, croit-elle.

Dans une industrie fragilisée, l’annulation de « milliers de spectacles » est une véritable catastrophe. « Les spectacles représentent 50 % des revenus de l’industrie. Et elle fait vivre plein de gens, pas juste les artistes, particulièrement l’été », explique Solange Drouin.

En plus de parler d’aide aux entreprises et de liquidités avec leurs différents partenaires après trois semaines d’urgence « aiguë » – la SODEC, Musicaction, le ministère de la Culture –, on discute déjà à l’ADISQ de sortie de crise et de relance.

« Ça prendra des efforts collectifs pour repartir la machine, mais les impacts se feront sentir tout l’automne et certainement pendant encore une année complète. C’est inquiétant et épeurant. »