(Paris) Mort à l’âge de 58 ans, le Français Fred Rister se définissait comme « le plus célèbre des inconnus » : ancien coiffeur, il était à l’origine de succès planétaires comme I Gotta Feeling des Black Eyed Peas et compositeur de l’ombre de David Guetta.

Jean-François GUYOT
Agence France-Presse

« C’est David Guetta l’artiste, moi je travaille avec plaisir pour les autres sans chercher la gloire », avait coutume de dire ce musicien atypique qui a débuté comme animateur au micro de Maxximum, radio parisienne légendaire des années 80 et 90.

Devenu Dj, producteur et compositeur, Fred Rister, de son vrai nom Frédéric Riesterer, né le 19 juin 1961 près de Dunkerque, collaborait avec David Guetta depuis les années 2000 et a coécrit plusieurs de ses grands succès.

« Fils d’ouvrier tranquille », « aimé de (ses) parents » et titulaire d’un diplôme de coiffure, il gagnait « tranquillement (sa) vie », mais « quelque chose (lui) manquait », a-t-il raconté dans son autobiographie.

« C’est au Stardust, la boîte mythique de La Panne (en Belgique), assis dans la cabine du DJ, qu’un soir tout changea. La musique, cette musique, me percuta pour la vie », poursuivait-il dans Faire danser les gens, dont les bénéfices ont été reversés à la recherche contre le cancer, la maladie qui a fini par l’emporter mardi.

Dès 2006, Fred Rister a coécrit en studio les succès planétaires de David Guetta qui leur permirent de décrocher notamment le Grammy Award de la Meilleure chanson dance pour When Love Takes Over. D’autres succès en cascade dont Love is Gone et I Gotta Feeling des Black Eyed Peas, resté seize semaines numéro un aux É.-U., leur ont permis de décrocher aussi le Grand prix du répertoire Sacem à l’étranger.

De sa collaboration avec David Guetta, l’homme estimait qu’elle reposait sur « un profond respect mutuel et une passion commune pour le soul, le funk, le disco, l’house et la techno ».

Homme « fidèle »

« Aujourd’hui, quelqu’un de vraiment spécial pour moi nous a quittés. Fred Riesterer et moi avons partagé quelques-uns des moments les plus importants et les plus beaux de ma vie », a témoigné à l’AFP David Guetta en apprenant la mort du musicien.

« Nous avons vécu nos rêves et bien au-delà […] Ces disques ont changé la musique électronique, mais aussi la musique pop », a ajouté David Guetta, soulignant que Fred Rister était « la personne la plus fidèle » qu’il a rencontrée, « un homme à la fois talentueux, humble, généreux et discret ».

Il y a quelques années, Fred Rister avait accepté pour une fois de se mettre dans la lumière en signant sous son propre nom un morceau de dance music très personnel, I Want A Miracle, au profit encore de la recherche contre le cancer.

Depuis l’âge de 24 ans, le musicien à l’allure toujours juvénile, le cheveu mi-long, blond, s’est battu contre neuf cancers successifs (côlon, reins, foie…) : un combat dont il a témoigné dans son livre. Il y a deux ans, à bout, il avait toutefois décidé de déposer les armes, en arrêtant ses traitements.

Pour Antoine Baduel, président de Radio FG, pionnière en France de l’électro, « Fred Rister a fait partie des musiciens et producteurs qui ont permis de populariser cette musique au-delà des spécialistes ».

« Ses compositions ont été très structurantes pour le monde de l’électro au point de devenir des hymnes, des morceaux iconiques. Ses expériences d’animateur et de DJ lui ont donné une oreille capable d’identifier quel morceau pouvait avoir une crédibilité dans l’underground mais aussi une résonance auprès du grand public », a souligné à l’AFP M. Baduel.

Sur son site officiel, les proches de Fred Rister ont salué « un soleil, un sacré bonhomme, une personne sur qui l’on pouvait compter, un homme qui nous fait danser ».