(Stockholm) «Je ne peux pas vous dire à quel point je vous suis reconnaissant à tous» : le rappeur A$AP Rocky, poursuivi pour violences après une bagarre fin juin à Stockholm, n’a pas caché sa joie à l’annonce par la justice suédoise de sa remise en liberté dans l’attente de la lecture de son jugement le 14 août.

Johannes LEDEL
Agence France-Presse

«Merci du fond du cœur à tous mes fans, à mes amis et à tous ceux qui m’ont soutenu ces dernières semaines […], ce fut une expérience très difficile et humiliante» a-t-il écrit en lettres majuscules sur son compte Instagram, après presque un mois de détention.

Une fois cette décision rendue, au troisième et dernier jour d’audience dans la capitale suédoise, A$AP Rocky a quitté le tribunal en s’engouffrant discrètement dans un véhicule. Vendredi soir, aucune information officielle n’avait filtré sur sa destination.

Plus tôt dans la journée, la défense a réclamé son acquittement, tandis que le parquet a requis une peine de six mois de prison ferme contre l’artiste, de son vrai nom Rakim Mayers, arrêté et placé en détention début juillet après une rixe le 30 juin.

AP

Slobodan Jovicic était tout sourire à sa sortie de cour, vendredi.

«Nous sommes satisfaits», a réagi en conférence de presse l’avocat du rappeur Slobodan Jovicic. «Nous avions deux objectifs: l’un était que mon client soit un homme libre aujourd’hui et c’est ce que nous avons obtenu et ensuite nous espérons un acquittement dans 14 jours», a-t-il continué.

Rejetant l’argument de la légitime défense avancé par l’avocat du rappeur, le parquet estime qu’A$AP Rocky et les deux autres prévenus, des membres de son entourage, qui comparaissaient à ses côtés ont agressé la victime, un homme de 19 ans qui les suivait avec insistance, car ils avaient pour eux le nombre et la force physique.

«Je ne veux faire aucune conjecture sur la question de savoir s’ils seront condamnés ou acquittés», a écrit dans un communiqué le procureur Daniel Suneson.

Trump «satisfait»

Si le 14 août les juges déclarent A$AP Rocky coupable de violences, il encourt jusqu’à deux ans de prison assortis d’une amende. Cependant, en l’absence d’antécédents judiciaires en Suède, il pourrait bénéficier d’une peine plus légère.

AFP

Des affiches en Suède réclament la libération du rappeur «aussi tôt que possible».

Et s’il était condamné, A$AP Rocky a proposé vendredi de faire des travaux d’intérêt général : «Vous savez où je vis, vous avez mes coordonnées et celles de mon avocat. J’ai travaillé pour des œuvres caritatives, ça ne me dérangerait donc pas de faire quelque chose de la sorte le week-end», a-t-il fait valoir devant le tribunal.

Ce fait divers a eu un retentissement international compte tenu de la personnalité du prévenu. Une pétition sur l’internet appelant à sa libération a pour le moment recueilli plus de 640 000 signatures.

L’affaire a même tendu les relations entre les États-Unis et la Suède. Le président Trump a accusé fin juillet ce pays de mépriser le sort des Noirs américains et dépêché au procès son envoyé spécial chargé des Affaires liées aux otages, Robert O’Brien.  

«Je viens d’avoir au téléphone le président des États-Unis pour lui dire que les hommes rentraient chez eux et qu’ils seraient bientôt de retour en Amérique», a déclaré vendredi à la presse M. O’Brien, quelques instants après l’annonce du tribunal. «Il est donc très satisfait du résultat».  

«Rentre dès que possible A$AP!», a ensuite tweeté le président.

Comportement «intrépide»

Pour cette troisième journée d’audience, les témoins se sont succédé avant de laisser place au réquisitoire du procureur suivi des plaidoiries.

La veille, la défense avait remis en cause la version et la fiabilité des faits racontés plus tôt par la victime, un Afghan qui dit avoir été «frappé» par quatre personnes.

«Deux (d’entre elles) ont essayé de me couper avec du verre», avait-il ajouté en persan, à l’issue de la première journée d’audience.

Jeudi, A$AP Rocky avait donné sa version des faits. «Nous avons essayé de nous éloigner, quand nous nous sommes éloignés nous avons été suivis », a-t-il calmement assuré à la barre. Il a également dit que le comportement «intrépide» de la victime lui avait fait peur.

A$AP Rocky, 30 ans, a néanmoins reconnu avoir «jeté» sa victime à terre avant de lui «donner un coup de pied au bras» - dans le but de venir en aide à son garde du corps, pris à partie par le plaignant et un ami.  

Sur un enregistrement amateur retransmis mardi au tribunal, l’artiste, en visite dans la capitale suédoise pour un concert, met au sol un jeune homme puis lui assène des coups avec les deux autres prévenus.