Paul McCartney a déclaré qu’il était un peu anxieux de chanter Blackbird en concert après avoir rencontré une adolescente du Cap-Breton qui avait offert une interprétation en mi’kmaq du classique des Beatles.

La Presse canadienne

La légende du rock britannique a déclaré à un large public du BC Place de Vancouver que la version d’Emma Stevens en langue autochtone « est tellement belle » qu’il était nerveux de jouer sa version.

Il a raconté à la foule qu’il avait rencontré Emma Stevens avant le spectacle, samedi soir.

Emma Stevens a publié une reprise de la chanson sur YouTube après qu’elle et son professeur de musique, Carter Chiasson, l’eurent enregistrée à l’école secondaire Allison Bernard, à Eskasoni, en Nouvelle-Écosse.

PHOTO CARTER CHIASSON, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Emma Stevens a publié une reprise de la chanson Blackbird sur YouTube après qu’elle et son professeur de musique, Carter Chiasson, l’eurent enregistrée à l’école secondaire Allison Bernard, à Eskasoni, en Nouvelle-Écosse.

Emma Stevens et ses camarades avaient enregistré la chanson pour souligner l’Année internationale des langues autochtones, proclamée par les Nations unies pour sensibiliser l’opinion publique aux menaces qui pèsent sur les langues autochtones dans le monde.

Carter Chiasson a produit la vidéo et les paroles ont été traduites en mi’kmaq par une autre membre de la communauté, Katani Julian.

Paul McCartney avait enregistré Blackbird pour l’album blanc des Beatles, en 1968.

Le musicien de 76 ans est actuellement en tournée et a joué à Vancouver samedi soir.

La version d’Emma Stevens a été visionnée des centaines de milliers de fois depuis sa mise en ligne sur YouTube le 25 avril.