« Sean Paul a rien sorti de trop concret donc j’avais pas encore ma chanson de l’été. J’ai remédié à ça », a écrit Cœur de pirate sur ses réseaux sociaux au moment de la sortie de sa nouvelle chanson Ne m’appelle pas et du vidéoclip éclaté qui l’accompagne, dans lequel les références aux icônes de la pop côtoient licorne, arc-en-ciel et mèmes de chats. Décryptage.

Valérie Simard Valérie Simard
La Presse

La chanson

Sorti hier, Ne m’appelle pas est le premier single lancé par Cœur de pirate depuis qu’elle a annoncé en décembre dernier qu’En cas de tempête, ce jardin sera fermé sera probablement son dernier album de chansons originales, tout en ajoutant : « En 2019, je vais essayer de me transformer. » Arrive donc cette chanson résolument pop qui se veut un appel à tourner la page sur une relation qui semblait dès le départ vouée à l’échec. « Cette chanson rappelle beaucoup ce que je faisais au début, remarque Béatrice Martin, alias Cœur de pirate. Adieu, sur le deuxième album, est un peu dans cette vague-là aussi, mais un peu plus dans la vengeance que dans l’empowerment. »

Le clip

Laurence Baz Morais, qui a notamment travaillé avec Yes Mccan, Alaclair Ensemble et Klô Pelgag, signe la réalisation de ce vidéoclip éclaté fortement inspiré de la culture pop et de l’internet. « Pour moi, l’internet est un endroit déprimant, mais à la fois extrêmement joyeux, souligne Cœur de pirate. C’est comme un vivier de choses complètement loufoques. » Ses fans qui la suivent sur les réseaux sociaux y reconnaîtront son autodérision. « J’ai beaucoup d’insécurité par rapport à plein de choses et pour moi, de me mettre dans une situation d’autodérision, c’est libérateur. Ça me permet de faire face à la dysmorphophobie que j’ai (une obsession excessive concernant un défaut dans l’apparence). Ça m’aide énormément de me voir dans des situations où je ne suis pas à mon meilleur, où je ris un peu de ma situation. »

Lady Gaga, Brooke Candy et cie

Si Cœur de pirate a donné beaucoup de latitude à Baz pour la réalisation du clip, elle lui a demandé d’y inclure des personnages bien précis. « Lady Gaga, Brooke Candy, Sailor Moon, Ariana Grande, ce sont des icônes, mais des gens très forts que j’admire et qui font partie de la pop culture », note-t-elle. Ainsi, on la voit en Lady Gaga chevauchant une moto sport et en blouson de cuir dans un personnage mi-Lady Gaga (dans le clip de Judas) et mi-Brooke Candy, une rappeuse américaine queer. « C’est un clin d’œil au mélange entre le rock, le rap et la pop aujourd’hui », explique l’auteure-compositrice-interprète.

Sailor Moon, un symbole

Dans le vidéoclip, on la voit vêtue du costume de Sailor Moon, une héroïne de dessin animé japonais qui a marqué son enfance. « Si tu parles à n’importe quelle petite fille qui avait des doutes [sur son orientation sexuelle] quand elle était jeune, Sailor Moon était un peu la référence, souligne Cœur de pirate. Il y a beaucoup de “gender bending” (fluidité des genres), de flou dans l’orientation sexuelle dans cette émission-là. Pour la communauté queer, pour ceux qui sont nés à la fin des années 80, début 90, c’est quand même une figure importante. »

Les Télétubbies

À quelques reprises dans la vidéo, on peut voir des images des Télétubbies, cette émission pour enfants surréaliste de la fin des années 90, ainsi que Cœur de pirate vêtue du costume de Laa-Laa, dans la baignoire. « C’est inspiré d’un mème d’une fille qui boit un 40 onces de vodka dans une douche habillée en Télétubbies, raconte-t-elle. Il n’y a rien qui illustre mieux moi qui gère ma rupture que ça. »

American Beauty version 2019

La puissante image de l’actrice Mena Suvari dans une mer de roses a inspiré le clin d’œil au film American Beauty intégré dans le vidéoclip. On y voit Cœur de pirate, non pas entourée de roses, mais de téléphones. « C’est un film phénoménal, lance-t-elle. Cette scène-là est épique parce que c’est vraiment une image que le personnage de Kevin Spacey se fait dans sa tête. C’est comme une espèce de fantasme. » Elle a ainsi voulu utiliser cette image pour dénoncer les idées préconçues qui existent autour des filles et de la séduction sur les réseaux sociaux.

Encore « hot »

Et qu’a voulu dire Cœur de pirate en enfilant un costume de sauce Sriracha ? Pas qu’elle est une adepte de cette sauce piquante thaïlandaise qui a conquis le monde. Elle a plutôt voulu rappeler à ses détracteurs qu’elle est encore « hot ». « C’était juste pour rire. En France, les gens disent : “c’est dead Cœur de pirate, elle fait plus rien, c’est du refroidi.” Eh non, je suis encore là ! » Elle sera d’ailleurs en spectacle aux Francos de Montréal le 14 juin, au Festival d’été de Québec le 7 juillet et dans quelques villes françaises cet été.