Lady Gaga: la voix de ses fans

Lady Gaga a une fois de plus refusé la présence des journalistes et des... (Photo Kevin Mazur, fournie par WireImage)

Agrandir

Photo Kevin Mazur, fournie par WireImage

Lady Gaga a une fois de plus refusé la présence des journalistes et des photographes au Centre Bell, mercredi soir.

Une belle occasion ratée de faire augmenter sa cote de sympathie au Québec, alors qu'elle a accompagné Tony Bennett sur scène au Festival de jazz la veille et qu'elle se produira au Festival d'été de Québec vendredi soir.  Surtout que sa popularité et sa crédibilité sont en baisse partout dans le monde et que son dernier album se vend mal.

Dans un coin du Centre Bell avec une vue de côté obstruée, des journalistes étaient néanmoins présents au Centre Bell pour voir Lady Gaga parmi 14 000 spectateurs.

Au final, la chanteuse n'avait rien de particulier à cacher, sinon qu'un spectacle plus vocal et sexy que ses précédents. Lady Gaga s'est même changée sur scène, camouflant à peine sa poitrine. Elle a plusieurs tics scéniques, mais elle a des tubes et du sang d'entertainer pour faire danser de joie le Centre Bell.

Fidèle à son habitude, Lady Gaga est montée sur scène avec quelques minutes de retard. L'introduction du spectacle donnait l'impression d'un défilé de la fierté gai avec un décor blanc, des danseurs avec des paillettes, des jets de confettis et Lady Gaga arborant des ailes d'ange dorées.

Statique, mais très en voix, Lady Gaga a ouvert son ArtRave avec la pièce-titre d'ARTPOP. Des passerelles lui ont permis de se rendre à un piano en forme de cristal placé au milieu du parterre. Elle a enfourché suavement un danseur pendant G.U.Y. avant de clore la première partie de son spectacle avec Donatella.

Après un changement de costume,  la chanteuse est réapparue en bikini (ou plutôt en string et en soutien-gorge en forme de coquillages) et une immense perruque blonde à la Amy Winehouse. Lady Gaga a dit à la foule vouloir se reprendre pour son dernier spectacle à Montréal (le dernier avant sa blessure à la hanche). « Je ne me sentais pas très bien. »

Le parterre a dansé fougueusement au son de Venus. « Je vous aime depuis tellement longtemps. Je sens une connexion, a dit Lady Gaga à la foule. Nous avons bâti une amitié authentique depuis six ans. »

Lady Gaga a le don d'étirer inutilement ses interventions avec des phrases mielleuses et une voix de bébé... Mercredi soir, c'était heureusement nettement moins pénible que lors de ses spectacles précédents à Montréal (quoique c'était en train de se gâcher au rappel...).

Telle une Whitney Houston, la diva a fait valoir ses prouesses vocales sur une réinterprétation de son tube Edge of Glory sous forme de ballade pour une fan dont l'oncle est mort. Le public s'est ensuite enflammé au son des premières notes de Just dance avant de danser sur Poker Face.

Lady Gaga a offert un intermède plus vocal que dansant avec une version cabaret d'aréna de Do What U Want.

Ensuite, la foule hésitait entre le malaise et l'attendrissement quand Lady Gaga a fait monter une adolescente qui avait fait le pied de grue devant son hôtel. Elle lui a laissé la chance de chanter une composition avant de l'accompagner sur Born This Way au piano.

La gêne de la fillette s'est transformée en puissant solo a capella... Improvisé ou totalement faux ? Probablement tout prévu d'avance, mais les spectateurs étaient au bout de leur siège.

La partie du spectacle suivante était sous le signe du cuir et de la danse lascive (qui rappelait l'époque Erotica de Madonna) avec Aura, Sexxx dreams, Mary Jane Holland et Alejandro.

La table était mise pour que Lady Gaga effectue son changement de costume sur scène. Disons que son corps dénudé laissait très peu de place à l'imagination.

Avec Tony Bennett

Mardi soir, Lady Gaga avait surpris le public de la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts, en allant rejoindre son ami Tony Bennett. La chanteuse pop a interprété plusieurs standards qui figureront sur leur album de duos Cheek To Cheek, attendu depuis deux ans, qui sortira cet automne. Les spectateurs ont eu droit en primeur à leurs interprétations de But Beautiful, Lush Life, Sophisticated Lady et Don't Mean a Thing.

«Tu es l'une des meilleures chanteuses sur terre», aurait dit Tony Bennett à la popstar sur scène.

Malgré ce qu'en dit le légendaire crooner, Lady Gaga n'est plus dans la première classe des chanteuses pop et son étoile pâlit d'album en album et de visite en visite au Centre Bell.

Rebaptisé ARTFLOP, son dernier album ARTPOP n'a pas eu le succès escompté. La tournée ArtRave a néanmoins tout pour combler hautement les attentes de Lady Gaga. Il faut toutefois que la chanteuse fasse les bons choix artistiques pour ne pas devenir une caricature d'elle-même.




la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer