Pour une vingtaine de formations musicales québécoises, la fin de l'hiver rime avec coups de soleil et BBQ. Du 17 au 21 mars, la crème de l'indie d'ici - et au moins un vétéran, Voivod! - ira se faire entendre à Austin, au Texas, où se tient le fameux festival South by Southwest (SXSW), le plus important marché de la musique en Amérique du Nord.

Mis à jour le 23 févr. 2010
Philippe Renaud, collaboration spéciale LA PRESSE

La liste des artistes qui feront leurs valises se lit comme un who's who de la pop de pointe québécoise. Au programme: Duchess Says, Silver Starling, The Besnard Lakes, Plants & Animals, Final Flash, Poirier (avec MC Zulu), Winter Gloves ou encore CFCF.

De plus, deux vitrines «montréalaises» sont au programme officiel, et organisées au resto-bar Paradise. La soirée M pour Montréal du jeudi 18 mars met à l'affiche La Patère Rose, The Lovely Feathers, Parlovr, Beast, Think About Life et We Are Wolves. Deux jours plus tard, ce sera au tour des artistes sélectionnés par Pop Montréal d'occuper la scène: Julie Peel, The Peelies, Radio Radio, Poirier & MC Zulu, ainsi que les Brasstronaut (de Vancouver), Bonjay (de Toronto) et Tanliner (de Brooklyn).

Pour le festival Pop Montréal, l'objectif d'une telle opération est de donner une image de la diversité musicale qui fait la richesse de sa programmation, indique Dan Seligman, directeur de Pop Montréal, qui fréquente le SXSW depuis une dizaine d'années. Pop Montréal présente officiellement son affiche à Austin depuis trois ans.

«On fait ça aussi pour donner un coup de pouce aux groupes, pour leur permettre de se faire connaître un peu mieux, ajoute-t-il. Franchement, on ne négocie pas tant que ça sur place avec nos partenaires de l'industrie. C'est trop gros, il y a trop de spectacles à voir et de gens à rencontrer. Mais c'est bien de participer à la plus importante manifestation de la scène underground.»

Difficile de percer

De l'avis de Seligman, le South by Southwest profite autant de sa taille qu'il en souffre. Chaque année, des groupes «hypés», ces monstres de la pop et du rock, volent un peu la vedette aux jeunes poulains. «Ça peut être frustrant de faire un show si on s'attarde à regarder le reste de la programmation... Ainsi, il peut être difficile pour un groupe débutant et peu connu d'attirer l'attention. Mais c'est quand même une bonne expérience professionnelle.»

Comme à l'habitude, la grande vitrine musicale sera précédée de cinq jours de débats, discussions et comités réunissant les acteurs et observateurs des industries musicale et des nouvelles technologies. Sorte de MIDEM yankee et indé (qui s'intéresse aussi au cinéma indépendant), le festival SXSW attire, bon an mal an, près de 1400 artistes; environ 12 000 journalistes et acteurs de l'industrie sont accrédités par le festival.

De plus, certains musiciens québécois se rendront au Canadian Music Week juste avant de migrer vers le sud. Du 10 au 14 mars, les représentants de l'industrie de la musique se retrouveront à Toronto pour débattre des enjeux qui les préoccupent et s'offrir un petit marathon de concerts. DJ A-Track, Artist of the Year, Fred Fortin, Navet Confit, Parlovr, Handsome Furs et Winter Gloves seront présents.