Lancé officiellement dimanche dernier en compagnie d'une centaine d'humoristes, le Grand Montréal comédie fest battra son plein jusqu'au 15 juillet. La Presse< a pris le pouls d'une soirée bien chargée au coeur du nouveau festival

Mis à jour le 9 juill. 2018
Stéphanie Vallet LA PRESSE

19 h à L'Abreuvoir



Tout au long du festival, L'Abreuvoir propose tous les jours la formule «5 humoristes. 5 surprises». Animée par Anas Hassouna, cette soirée qui s'inscrit dans la pure tradition du stand-up a permis au public de voir défiler notamment Martin Perizzolo, Charles Deschamps, Sam Breton et Eddy King.

Sam Breton: «Ça va vite ce soir! Je présente la soirée de rodage de François Bellefeuille et de Louis-José Houde au Bordel et j'ai aussi été inclus à L'Abreuvoir. Je suis chanceux pour mes dates, mais ça ne va pas ressembler à ça pour la plupart des humoristes dans ce festival», explique-t-il. 

«C'est nouveau, alors il y a une effervescence supplémentaire. On est habitués de jouer souvent à L'Abreuvoir, mais le public du festival est différent. Je crois que beaucoup de gens se sont dit en arrivant: "Oh shit, c'est dans un sous-sol, cette histoire-là!" Mais c'est très l'fun.»

«C'est mon tout premier show au festival ce soir. Je devais participer à 100 humoristes en 100 minutes, mais c'était l'anniversaire de ma fille. Je n'ai pas le droit de travailler le 1er juillet! Le Grand Montréal comédie fest est une bouffée d'air frais par rapport à ce qu'on connaît. C'est bien d'avoir différentes façons de faire les choses», explique Eddy King, tout juste avant de monter sur scène.

Martin Perizzolo a passé la soirée à L'Abreuvoir puisqu'il était aussi de la seconde représentation à 21 h. On pourra le voir en première partie de Charles Deschamps le 13 juillet à 20 h 30 dans le cadre de la série de spectacles «On inverse les rôles!» au Théâtre Sainte-Catherine.

20 h à L'Olympia

Pièce de résistance de la soirée, le Grand Spectacle comédie fest était animé par Neev. L'humoriste a reçu sur scène en formule gala ses collègues Mélanie Couture, Patrick Groulx, Martin Petit, Jean-François Mercier, Rosalie Vaillancourt, Simon Delisle, Tania Dutel, Laurent Paquin et Mario Tessier.

Faire une place toute particulière aux artistes de la relève est au coeur de la philosophie du Grand Montréal comédie fest. Et pour son tout premier grand gala, le festival a choisi de donner les commandes à Neev. Ce dernier sera également présent au Festival Juste pour rire le 18 juillet pour présenter son spectacle à la Cinquième Salle de la Place des Arts.

«Je ne m'attendais pas à animer un aussi gros gala. C'est habituellement réservé aux grosses têtes d'affiche. Mais le Grand Montréal comédie fest a fait le pari de montrer aux gens ce qu'est le milieu aujourd'hui. Dans le quotidien, j'anime au Bordel deux fois par semaine. On nous donne carte blanche, ce n'est pas capté, et on nous demande de nous amuser. C'est une célébration du stand-up!»

«On a choisi Neev car il est chaleureux, vrai et connecté avec les gens», lance Martin Petit à sa sortie de scène, tout juste avant qu'il ne prenne la route pour son prochain spectacle. 

«Ce soir, j'ai fait du matériel écrit au printemps, du neuf rodé au Bordel. Je suis très content de la réaction du public. Je m'en vais à Saint-Eustache essayer la même chose.»

Comme bien d'autres humoristes ce soir-là, Mario Tessier a dû faire la navette entre L'Olympia et Saint-Eustache pour rejoindre ses collègues sur scène. D'autres artistes ont emprunté un hélicoptère pour se déplacer vers la scène de Châteauguay.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Eddy King avant de monter sur scène à L'Abreuvoir, dans le cadre du Grand Montréal comédie fest

21 h au Bordel

Consacré toute l'année à l'humour, le Bordel Comédie Club héberge pendant le festival des soirées de rodage bien particulières. François Bellefeuille et Louis-José Houde ont ainsi partagé la scène de l'établissement pour tester du nouveau matériel, au grand plaisir du public.

21 h 15 au Théâtre Sainte-Catherine

Le Théâtre Sainte-Catherine accueille tout au long du festival la série de spectacles «On inverse les rôles!», une formule très sympathique qui permet à la fois de découvrir des artistes de la relève dans un format de 45 minutes et de voir des humoristes confirmés dans le contexte intime d'une petite salle. À essayer!

Billy Tellier assurait ce soir-là la première partie de son collègue de la relève Pierre-Bruno Rivard. «J'aime faire des premières parties pour roder un peu du matériel. Je l'avais fait pour Laurent Paquin pour son dernier one-man-show. J'aime ça, ça met en danger. Ça garde vivant. C'est l'fun d'avoir des pantoufles quand tu es dans des galas, mais c'est l'fun de revenir aux sources, de parler aux gens et de les voir», explique Billy Tellier, qui sera également ce soir au Grand spectacle animé par Les Grandes Crues à L'Olympia, et au Théâtre Jean-Duceppe avec Le petit monde de Billy Live dans le cadre de Juste pour rire.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Sam Breton dans le sous-sol de L'Abreuvoir, où il se produit en plus du Bordel.