Le très grand batteur Brian Blade a fondé ce « groupe de la camaraderie » en 1997 et revient sporadiquement nous émettre ces ondes placides, soyeuses, bienveillantes, mais aussi éruptives lorsque les débordements sont nécessaires.

ALAIN BRUNET LA PRESSE

Qui plus est, ces musiques du Fellowship Band sont d'une grande humanité, à l'image de son leader, de surcroît un des plus éminents batteurs de l'univers connu.

Vu la vie professionnelle extrêmement chargée de Brian Blade, cette formation n'a sorti que cinq albums en deux décennies, dont ce très beau Body and Shadow, paru en 2017 chez Blue Note.

Pour en défendre l'esprit au Monument-National, on avait droit mardi à la présence du saxophoniste soprano et ténor Melvin Butler, du saxophoniste alto et clarinettiste basse Myron Walden, du contrebassiste Christophe Thomas et de Jon Cowherd, pianiste qui touche aussi l'harmonium, musicien central de cet ensemble si l'on exclut bien sûr son leader.

Les évocations gospelisantes, sacrées, soul, parfois même country folk des thèmes magnifiquement harmonisés sont des occasions de tisser des liens très subtils entre les musiciens impliqués.

La relation qu'établit ensuite le batteur avec chacun d'entre eux catalyse le jeu, ce qui n'est pas sans rappeler la dynamique fabuleuse entre Brian Blade et Wayne Shorter dans le quartette de ce dernier.  Lorsque le percussionniste sort l'artillerie et incite ses collègues à faire de même, on se trouve sur ces cimes à leurs côtés.

Avec les excellents saxophonistes ici présents, les frappes et les notes se stimulent et se renforcent mutuellement. C'est idem entre la batterie et le piano lorsque la pièce le commande.

Incluant de grandes improvisations, ces oeuvres sont très souvent construites sur de calmes introductions et conclusions, au centre desquelles des paroxysmes sont régulièrement atteints. En solo, en duo, collectivement.

Dans ce contexte tout simplement céleste, voilà le parent jazz de l'approche post-minimaliste dans l'organisation des thèmes et arrangements, qui peut cependant s'avérer maximaliste dans l'interaction et l'expression individuelle.

Franche et haute camaraderie, en somme. Grand moment!