Comme l'explique si bien le président du Festival de musique émergente (FME) en Abitibi-Témiscamingue: «Nous sommes la photo Polaroïd de l'année musicale en cours. Comme dans une photo de famille, il manque un cousin ou une cousine, mais ça reflète bien la saveur du moment», constate Sandy Boutin.

Véronique Lauzon LA PRESSE

Lors du week-end de la fête du Travail, la ville ouvre grandes ses portes à Karim Ouellet, Misteur Valaire, El Motor, Blonde Redhead, Mononc'Serge, The Besnard Lakes et des dizaines d'autres formations et artistes émergents.

Pour intéresser le plus grand nombre d'adeptes de musique, deux dévoilements de la programmation ont eu lieu lundi. Le premier à Rouyn-Noranda et le deuxième à Montréal: «Quarante pour cent de notre public fait plus de 500 kilomètres pour venir à notre festival. C'est exceptionnel!» s'exclame M. Boutin.

Question aux artistes

Au dévoilement de la programmation du FME, nous avons demandé... Pourquoi tous les Québécois devraient-ils se retrouver à Rouyn-Noranda lors du Festival?

«Il y a des bands de feu! Et surtout, toute la ville respire au rythme du festival. Ça te permet entre autres de rencontrer des gens que tu adores au coin d'une rue ou en mangeant une poutine.» - Alex Nevsky, qui lancera son nouvel album au FME.

«Ce sera notre première fois là-bas, mais on nous a dit que c'était un des plus beaux festivals du Québec, surtout pour les artistes émergents. Un des beaux partys de l'année.» - La formation Hôtel Morphée.

«J'ai vécu des expériences incroyables au FME. Il y a des shows cachés, comme celui de Patrick Watson, que j'ai vu sur le bord d'une mine. On était 400 personnes en cercle autour du groupe et le soleil se couchait. C'était fantastique.» - Le porte-parole du FME, Antoine Bertrand, en compagnie du président du Festival, Sandy Boutin.

«D'après moi, c'est le festival le plus l'fun du Québec. Désolée pour les autres, mais le FME est imbattable.» - Frannie Holder, ici avec deux autres membres de sa formation Random Recipe, Fab et Liu-Kong Ha, ainsi que Joseph Marchand du duo Forêt.

«La recette du succès de ce festival tient peut-être au fait que ce soit loin des centres. Dans un environnement lointain comme ça, on est vraiment là pour le festival et on ne fait que ça.» - Joseph Marchand du duo Forêt.