Pour son spectacle gratuit de mercredi, à Tremblant, l'animateur de Belle et Bum a rassemblé un band de cracks composé à moitié de filles, dont la sienne, Élizabeth Blouin-Brathwaite.

Mis à jour le 9 juill. 2012
Daniel Lemay LA PRESSE

Nouvelle récente: Normand Brathwaite a remplacé Zachary Richard comme porte-parole du Festival international de blues de Tremblant, considéré à certains égards comme la troisième manifestation musicale au Québec, après le Festival de jazz de Montréal et le Festival d'été de Québec.

Vieille nouvelle: Normand Brathwaite est un amant de la musique et un rassembleur d'une extraordinaire fidélité, comme il l'a prouvé depuis 20 ans en tant qu'animateur des émissions musicales Beau et chaud et Belle et Bum, à Télé-Québec. Fidélité aux gens et fidélité à certains concepts de l'art du spectacle, dont celui voulant que «les filles» aient leur place dans n'importe quel band, blues, rock ou autre.

«Dans le temps de Beau et chaud, une fille du Saguenay qui jouait du sax avait pris contact avec moi pour me demander conseil», nous racontait Normand Brathwaite, attablé mardi pendant la pause du midi avec les musiciens - et musiciennes - qui seront avec lui pour le spectacle blues-rock de mercredi sur la scène Volkswagen du village piétonnier de Tremblant. La grosse machine américaine de Tower of Power se produit ce soir sur la même scène.

La saxophoniste en question, Marie-Josée Frigon, est venue s'installer à Montréal où elle a étudié avec Jean-Pierre Zanella, puis, un jour, elle a remplacé son professeur à Belle et Bum. Le showbiz québécois venait de franchir une étape. «J'aime la dynamique d'un groupe mixte», explique Normand Brathwaite, 54 ans. «Ça fait différent d'un band de gars qui regardent les fesses de la chanteuse...»

Au piano aux côtés de Normand B., mais en plus chill, disons: Valérie Cormier, connue dans l'électro-house sous le nom de Valectra. À la batterie, on retrouve Emmanuelle Caplette, une «drumologue» top niveau: du beat pour tous les continents, rendu en parfaite entente avec le bassiste Sylvain Lamothe. En retrait, mais non moins importante, Josianne Rouette à la trompette.

Chanteuses en vedette

Normand Brathwaite aime aussi les chanteuses; ça aussi, on le sait depuis longtemps. Tellement qu'il y en aura deux mercredi à Tremblant. Deux chanteuses à voix, parce qu'il s'en trouve aussi sans... Stéphanie Bédard, diplômée de Star Académie 2005, a été choisie l'an dernier «la plus belle voix» de l'émission française The Voice.

L'autre s'appelle Élizabeth Blouin-Brathwaite, fille de la chanteuse Johanne Blouin et de la star de la télévision Normand Brathwaite. É.B.B., 26 ans, partage la scène tant avec sa mère - comme dans ce récent hommage à Whitney Houston, à Laval, dont était aussi Nadja - qu'avec son père: gala country à Grande-Rivière, Grand Rire, Saint-Jean, etc.

Longtemps employée comme choriste, la jeune dame se considère maintenant comme une chanteuse à part entière. «J'ai chanté dans Femmes en blues au printemps: merveilleuse expérience. Et Pascal Dufour, l'ancien guitariste des Respectables, m'a fait confiance pour l'arrangement des voix de son disque Airs salins. Nous chantons aussi ensemble en spectacle, en français ou en anglais.»

Le band rassemblé pour Tremblant est dirigé par David Guertin-Chauvette, amant de musique lourde (Frankenstein d'Edgar Winter en ouverture!) et compagnon d'Élizabeth à la ville. «Ça coûte une chambre de moins», lance le beau-père, humoriste à ses heures. «Et la chanteuse arrive préparée...» L'autre guitariste, Dimitri Lebel-Alexandre, arrive préparé, lui aussi.

Élizabeth Blouin-Brathwaite - elle écoute Jill Scott et Janelle Monae - devra être prête à chanter avec son papa... si celui-ci se sent d'attaque. Il faut savoir que la voix puissante d'Élizabeth est un héritage maternel... «Guy A. Lepage aime ça, chanter; moi, ça me rend malade», lance le père en précisant qu'il devrait être «correct» pour chanter - réciter, en fait - Larmes de métal, le hit du groupe Soupir (1983), un autre apport de Normand Brathwaite à la musique québécoise.

Je pleure des larmes de métal [...] Celles qui sortent pas souvent.

_________________________________________________________________________

Normand Brathwaite, scène Volkswagen, Festival de blues de Tremblant, le 11 juillet, 20h30, avec Adam Karch.