Que Fred Fortin, 2Frères et Jean Leloup s'illustrent avec deux trophées chacun au terme des deux remises de prix démontre à quel point le gala de l'ADISQ a fait le pont entre les différents pôles de la scène musicale québécoise cette année.

Mis à jour le 31 oct. 2016
Émilie Côté LA PRESSE

> Consultez le tapis rouge en images

> Réagissez sur le blogue de Richard Therrien

D'autant plus que Plume Latraverse et Céline Dion ont assisté à la cérémonie. Que Mario Pelchat a remis un prix à Jean Leloup. Et que le public a pu découvrir en prestation le pianiste classique Charles Richard-Hamelin.

Autres manifestations de la grande diversité générationnelle et musicale vue dimanche soir à la Place des Arts : Safia Nolin sacrée révélation de l'année, les Soeurs Boulay récipiendaires du Félix du meilleur album folk, les Cowboys Fringants lauréats du trophée du meilleur album rock et 2Frères vainqueurs dans la catégorie pop.

Dans les catégories issues du vote populaire, 2Frères s'est aussi valu le prix du groupe ou duo de l'année. Marc Dupré s'est distingué avec la chanson de l'année avec Ton Départ. Enfin, le public a choisi Marie-Mai et Jean Leloup comme leurs interprètes féminin et masculin favoris.

Les lauréats

Album de l'année - Pop : Nous autres, 2Frères

Album de l'année  - Rock : Octobre, Les Cowboys Fringants

Spectacle de l'année - Auteur-compositeur-interprète : Jean Leloup Solo - Le fantôme de Paradis City, Jean Leloup

Auteur ou compositeur de l'année : Fred Fortin pour Ultramarr



Album de l'année - Folk : 4488 de l'Amour, Les soeurs Boulay

Révélation de l'année : Safia Nolin

Groupe ou duo de l'année : 2Frères

Félix honorifique : René Angélil

Spectacle de l'année - Interprète : Plus tard qu'on pense, Fred Pellerin

Chanson de l'année : Ton départ, Marc Dupré

Interprète féminine de l'année : Marie-Mai

Interprète masculin de l'année : Jean Leloup

***

En terme de prestige et de notoriété artistique, le grand gagnant de 2016 est sans doute Fred Fortin, qui a raflé ses deux premier Félix solo en carrière dans les catégories phare du choix de la critique et de l'auteur-compositeur de l'année. Il était très nerveux avant le gala, a-t-il confié à La Presse en salle de presse. «Sérieux, je suis très touché.»

Interprète de l'année une deuxième fois de suite, Jean Leloup a aussi mis la main sur le Félix du spectacle de l'année (auteur-compositeur). Il s'en est dit très fier puisque son spectacle solo représentait un grand défi pour lui, notamment dans l'immensité de la salle Wilfrid-Pelletier. «J'étais effrayé», a-t-il confié. C'est pourquoi Leloup s'est inspiré de son intérêt pour le théâtre avec un concept de fantôme.

Le visage brillant des frères Caouette leur vaut sans doute le prix des artistes les plus sincèrement reconnaissants de l'année. Et leurs deux trophées sont bien mérités. «Nous ne pourrons pas se chicaner. Nous en avons chacun un», a blagué Érik Caouette devant les journalistes.

L'événement Céline Dion

Les 12 Félix remis dimanche soir s'ajoutent aux 21 autres - sans compter ceux du gala de l'industrie - présentés jeudi dernier au premier gala de l'ADISQ. Seul absent parmi les gagnants, Fred Pellerin, qui a ajouté le Félix du spectacle de l'année (interprète) à sa collection.

À l'inverse, la présence la plus remarquée de la soirée fut bien entendu celle de Céline Dion. La star a même fait un saut dans la salle de presse. Céline était entourée des nombreux membres de son équipe, dont son imprésario Aldo Giampolo, son styliste Raw Loach et ses nombreux gardes du corps.

Malgré son horaire fort chargé, Céline Dion tenait à être à la Place des Arts pour recevoir le Félix honorifique remis à son défunt mari et imprésario René Angelil. C'était sa première présence au gala de l'ADISQ depuis 2008.

Après-demain, Céline Dion doit recommencer ses spectacles à Las Vegas. «Nous repartons tout de suite en avion, a indiqué la star, à 23h, dimanche soir. Demain (lundi), nous sommes en répétition.»

Il était hors de question pour Céline de ne pas être à Montréal, dimanche. Elle aurait même pris un avion entre deux chansons sur scène à Vegas, a-t-elle lancé à la blague. «Je l'aurais fait pour lui.»

Pour René Angelil, qu'elle apprend à «aimer d'une autre façon».

Ambiance positive

Magnifiée par la présence de Céline Dion, le gala de l'ADISQ s'est déroulé dans une ambiance multi-générationnelle, rassembleuse et événementielle. Le ton était même positif malgré la sortie récente de l'ADISQ par rapport aux chutes de ventes d'albums causée en grande partie par les services d'écoutes de musique en ligne.

Le président de l'ADISQ Claude Larivée était par ailleurs assis à côté de la ministre du Patrimoine canadien Mélanie Joly, qu'il a interpelée en présentant un prix.

Parole de l'animateur de la soirée Louis-José Houde, il faut rester positif pour le futur de la musique québécoise malgré l'effervescence du streaming. Après tout, «le lacet a survécu à l'arrivée du velcro».

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Ginette Reno a passé le relais à Céline Dion après sa prestation d'Avec le temps.