(New York) C’est la montée des marches la plus sélective de la planète : le gala du Metropolitan Museum of Art à New York a fait défiler lundi soir des centaines de stars internationales, dans des tenues extravagantes, pour une soirée annuelle philanthropique après deux éditions bouleversées par la pandémie.

Mis à jour le 3 mai
Andréa BAMBINO Agence France-Presse

Le « Met Gala 2022 », au cœur de Manhattan, a donné lieu à un déferlement d’images de vedettes répondant au code vestimentaire de cette année, « Gilded Glamour », qui renvoie au « Gilded Age », l’âge d’or américain de la fin du XIXe siècle.

Elles se sont succédé dans des robes bustiers, smokings, tenues ultra chics, hyper glamour, scintillantes, invraisemblables ou même porteuses de messages politiques, sur les marches du Metropolitan Museum of Art (Met).

La liste des 400 stars de la mode, de la musique, du cinéma, des réseaux sociaux, de la politique ou des entreprises – essentiellement américaines – a été gardée secrète jusqu’au dernier moment.  

On y a vu Billie Eilish, Olivia Rodrigo, Cardi B, Megan Thee Stallion, Lenny Kravitz, Ariana DeBose, Sarah Jessica Parker, Gigi et Bella Hadid et Stromae qui a confié à l’AFP trouver « bizarre » d’être là mais qu’il se sentait « honoré », lui le « petit Belge ».  

L’homme le plus riche du monde, le fantasque Elon Musk, a levé les bras devant la foule.  

PHOTO ANDREW KELLY, REUTERS

Emma Chamberlain

En passe de racheter Twitter, il a promis sur le tapis rouge d’en faire le réseau social « le plus inclusif possible ».  

Hillary Clinton a salué « l’esprit de l’Amérique » rayonnant au gala. Ont suivi les actrices Glenn Close, Sigourney Weaver et Jessica Chastain.

PHOTO EVAN AGOSTINI, EVAN AGOSTINI/INVISION/ASSOCIATED PRESS

Anna Wintour

35 000 dollars l’entrée

Premières arrivées, la youtubeuse Emma Chamberlain est apparue dans une sublime robe Louis Vuitton et la grande prêtresse de l’évènement, la toute-puissante rédactrice en chef de Vogue Anna Wintour, dans un ensemble Chanel.

PHOTO ANDREW KELLY, REUTERS

Eric Adams, maire de New York

Même invité, le ticket coûtait 35 000 dollars pour une place au dîner de gala, 200 000 à 300 000 dollars la table payée par un mécène, selon les chiffres non officiels de 2021. Soit un total estimé à plus de 16 millions de dollars.

Pour l’édition 2021, déplacée de mai à septembre pour cause de pandémie – après une annulation totale en 2020 –, le spectacle avait été assuré par Billie Eilish, transformée en Marilyn Monroe avec des cheveux blond platine. Plus sage cette année, elle portait un ensemble couleurs crème et vert de Gucci.

« Fin des armes à feu » -

Le gala est aussi l’occasion d’un message politique : le maire de New York Eric Adams a débarqué avec une veste qui portait dans son dos son slogan de campagne exigeant « la fin de la violence par armes à feu » dans une ville meurtrie par la criminalité.

Dans la pure tradition philanthropique américaine, la soirée, qui a lieu le premier lundi de mai, est destinée à financer le département mode du Met (The Costume Institute) et coïncide avec sa grande exposition annuelle. Elle a été présentée lundi matin à la première dame des États-Unis, Jill Biden, qui y a vu « la célébration des designers et de la mode qui ont façonné la véritable identité de l’Amérique ».

PHOTO CHARLES SYKES, ARCHIVES CHARLES SYKES/INVISION/ASSOCIATED PRESS

Billy Porter

Place cette année à une « Anthologie de la mode » américaine, une rétrospective des XIXe et XXe siècles d’une centaine de vêtements revisités par des réalisateurs et créateurs comme Sofia Coppola, Martin Scorsese ou Tom Ford.

L’actrice américaine Blake Lively est apparue dans une robe bustier surprise Versace avec un nœud en satin démesuré, dévoilant un imprimé hommage à l’architecture new yorkaise.

Le gala s’est tenu alors que des journalistes et éditeurs de Vogue et d’autres titres du groupe Condé Nast (GQ, Vanity Fair, Glamour etc.) ont lancé un mouvement pour créer un syndicat, ce qu’ils ont rappelé sur les réseaux sociaux avec un pastiche de couverture de Vogue : « Met Gala 2022 la plus longue nuit des travailleurs ».

Kardashian en Marilyn

Sur le tapis rouge, il y a eu moins d’excentricités que les années passées : en 2019, le chanteur et acteur Billy Porter était apparu en dieu du soleil, déployant des ailes dorées et porté par des hommes au torse musclé. Et personne n’a égalé Lady Gaga et son strip-tease sur les marches.

Toutefois, Kim Kardashian, apparue toute de noir vêtue (y compris le visage) en septembre dernier, a bouclé ce méga défilé par un coup d’éclat : cheveux attachés et blond platine, moulée dans une robe beige scintillante, copie de celle que portait Marilyn Monroe lors de sa célébrissime chanson « Happy Birthday Mr President, à l’approche du 60e anniversaire de la mort de l’icône mondiale.

Créé en 1948, le gala du Met a longtemps été réservé à la très haute société new-yorkaise, mais Anna Wintour, qui l’a repris en main en 1995, l’a transformé en évènement » people « adapté à l’ère des réseaux sociaux.  

Cette année, le titre de co-président d’honneur a d’ailleurs été offert au patron d’Instagram, Adam Mosseri, aux côtés d’Anna Wintour et du styliste Tom Ford.