(New York) La musicienne Gloria Estefan a révélé jeudi avoir été agressée sexuellement à l’âge de 9 ans par quelqu’un en qui sa mère avait confiance.

Sigal Ratner-arias Associated Press

La supervedette cubano-américaine s’est exprimée publiquement pour la première fois à ce sujet et sur l’impact que cet évènement a eu sur sa vie lors d’un épisode de Red Table Talk : The Estefans, sur Facebook Watch.

« Il faisait partie de la famille, mais pas de la famille proche. Il était en position de pouvoir parce que ma mère m’envoyait à son école de musique et il a immédiatement commencé à lui dire à quel point j’étais talentueuse et que j’avais besoin d’une attention spéciale, et elle se sentait chanceuse qu’il me donne toute cette attention », a expliqué l’auteure-compositrice-interprète.

Estefan, qui est née à Cuba, mais a déménagé à Miami très jeune, a dévoilé cette agression dès le début de l’épisode Betrayed by Trusted Adults, auquel participait aussi Claire Crowley, la première participante latine à l’émission Bachelorette. Crowley a confié avoir été agressée par un prêtre.

Gloria Estefan était assise autour de la table rouge avec ses coanimatrices, sa fille Emily et sa nièce Lili. Elle a dit que « 93 % des enfants agressés connaissent et font confiance à leur agresseur, et je le sais, parce que j’ai été l’un d’eux ».

« Ça fait longtemps que tu attends ce moment », lui a dit sa nièce.

« Oui », a répondu Estefan.

Les trois femmes se sont tenues par la main, les yeux pleins d’eau.

Elle n’a pas identifié son agresseur, mais a décrit comment elle a essayé de lui résister. Elle a dit que l’agression a commencé petit à petit, avant de s’accélérer, et qu’elle savait qu’elle était en danger après l’avoir confronté.

« Je lui ai dit : “Ça ne peut pas arriver, tu ne peux pas faire ça”. Il m’a dit : “Ton père est au Vietnam, ta mère est seule et je vais la tuer si tu lui dis”, a dit Estefan. Et je savais que c’était fou, parce que je n’ai jamais pensé que c’était ma faute. Je savais que l’homme était fou et c’est pour ça que j’ai pensé qu’il pourrait vraiment faire du mal à ma mère. »

Estefan a dit avoir commencé à inventer des excuses pour rater les cours de musique. Sa fille Emily lui a demandé si sa grand-mère se doutait de quelque chose. Les gens ne parlaient pas de ces choses-là à l’époque, a répondu Estefan.

Le stress est devenu si intense qu’elle a commencé à perdre ses cheveux.

« Je n’en pouvais plus, a-t-elle dit, alors une nuit je suis entrée dans la chambre de ma mère à 3 h et je lui ai tout raconté. »

Sa mère a appelé la police, mais les policiers lui ont conseillé de ne pas déposer d’accusations parce que le traumatisme de devoir témoigner serait trop pénible.

Mme Crowley et Estefan ont toutes deux dit pendant l’épisode ne pas aimer être qualifiées de victimes. Crowley se voit plutôt comme une survivante.

PHOTO FOURNIE PAR FACEBOOK

De gauche à droite : Lili Estefan, Gloria Estefan, Emily Estefan et Claire Crowley dans l’épisode de Red Table Talk : The Estefans.

Seuls les membres de sa famille étaient au courant de la situation, a dit Estefan, qui est mariée au producteur de musique Emilio Estefan depuis plus de 40 ans.

Elle a ajouté que, quand sa mère a commencé à poser des questions au sujet de cet homme au sein de la famille, une tante lui a confié qu’il l’avait agressée à Cuba il y a de nombreuses années.

Estefan s’est souvenue avoir presque tout raconté au milieu des années 1980, quand son succès Conga, avec Miami Sound Machine, dominait les palmarès et que « ce prédateur, un membre respecté de la communauté » a eu le culot d’écrire une lettre ouverte pour critiquer sa musique.

« À ce moment, j’étais tellement furieuse que j’ai failli tout déballer, a-t-elle dit. Puis je me suis dit : “tout mon succès va être éclipsé par lui”. C’est de la manipulation et du contrôle, c’est ce qu’ils font, ils vous prennent votre pouvoir. »

Après avoir présenté Crowley et lui avoir dit qu’elle ne voulait pas rester assise tranquillement pendant qu’elle racontait son histoire, Estefan a dit qu’elle attendait le bon moment pour raconter la sienne.

Et que ce moment était venu.

« C’est une des raisons pour lesquelles j’ai dit oui à Red Table Talk, parce qu’on veut créer cet espace où on parle de choses importantes qui, on l’espère, feront une différence pour tous ceux qui nous regardent », a-t-elle dit.