(Washington) L’acteur américain Arnold Schwarzenegger a révélé dimanche à demi-mot le passé nazi de son père autrichien dans un émouvant appel à l’unité des Américains après les violences au Capitole, qu’il a qualifiées de tentative de coup d’État fomenté par le président Donald Trump.

Agence France-Presse

Dans une vidéo publiée notamment sur Twitter, l’ancien gouverneur républicain de Californie, qui est né en Autriche en 1947, compare l’assaut des manifestants pro-Trump contre le siège du Congrès à la « Nuit de Cristal » de 1938 en Allemagne, la nuit de pogroms des Nazis qui ont notamment brisé les vitres des magasins tenus par des juifs.

« Mercredi a été la Journée de Cristal ici aux États-Unis », dit-il, assis l’air grave à son bureau. « Les vitres brisées ont été celles du Capitole ».

« J’ai grandi entouré d’hommes brisés, qui buvaient pour oublier leur culpabilité d’avoir participé au pire régime de l’histoire », raconte l’interprète de Terminator et Conan The Barbarian. « Je n’ai jamais partagé ceci aussi publiquement, mais mon père rentrait ivre, une ou deux fois par semaine, et il criait, il nous battait et il faisait peur à ma mère ».

L’ancien haltérophile ne dit pas explicitement que son père était nazi mais il ajoute qu’il ne lui en voulait pas vraiment, parce que « mon père, comme nos voisins, avaient été trompé par des mensonges et je sais jusqu’où vont ce genre de mensonges ».

« Le président Trump a cherché à inverser le résultat d’une élection, et d’une élection juste. Il a tenté un coup d’État en trompant les gens avec des mensonges », poursuit Arnold Schwarzenegger, dont le message est rapidement devenu viral.  

« Le président Trump est un dirigeant raté. Il restera dans l’Histoire comme le plus mauvais président de tous », affirme-t-il. « Ce qui est bien, c’est qu’il aura bientôt autant de valeur qu’un vieux tweet ».

« Quelle que soit votre affiliation politique, je vous demande de vous joindre à moi pour dire au président élu Joe Biden : nous vous souhaitons de réussir, si vous réussissez, notre pays réussit », conclut-il. « A ceux qui ont tenté de renverser la Constitution des États-Unis, je dis ceci : vous ne gagnerez jamais ».