Pas besoin d’être lesbiennes, les filles, il existe aussi de « bonnes personnes avec un pénis », encore faut-il les trouver.

Silvia Galipeau Silvia Galipeau
La Presse

C’est, en gros, la publication éclairée qu’a faite Miley Cyrus dimanche soir à ses quelque 100 millions d’abonnés sur Instagram.

« You got to find a dick that’s not a dick, you know ? », photo à l’appui, en compagnie de sa nouvelle flamme du moment, le chanteur australien Cody Simpson.

« J’ai toujours cru que je devais être lesbienne parce que je croyais que tous les gars étaient horribles, mais ce n’est pas vrai », a-t-elle ajouté, flèche à peine voilée lancée ici à son ex-mari (l’acteur Liam Hemsworth), avec qui elle a été en couple huit mois.

Sans grande surprise, ses mots ont soulevé l’ire de la communauté LGBTQ, et Miley Cyrus a dû sinon se rétracter, du moins « clarifier » sa pensée hier.

« Je parlais des gars pourris [sucky]. Mais soyons clairs. On ne choisit pas sa sexualité. On est né comme on est. La défense de la communauté LGBTQ à laquelle j’appartiens a toujours été ma priorité ! » Est-ce clair ?