La maison d’enchères Heffel expose les 79 œuvres qui seront adjugées lors de sa vente printanière en ligne, le 1er juin. Avec, en vedette, des merveilles de Jean Paul Riopelle, Robert Motherwell et Lawren Harris.

Publié le 6 mai
Éric Clément
Éric Clément La Presse

PHOTO WARD BASTIAN, FOURNIE PAR HEFFEL

August Sea #5, de l’Américain Robert Motherwell, figure en tête des estimations de la vente du 1er juin. Cette grande abstraction (182,9 cm x 121,9 cm) aux riches tons de bleu est le premier tableau majeur de Motherwell offert aux enchères au Canada. Il est estimé entre 2 millions et 2,5 millions. La peinture provient de la collection Joan Stewart Clarke, de Vancouver.

PHOTO WARD BASTIAN, FOURNIE PAR HEFFEL

Alors que le marché des œuvres du Groupe des Sept s’enflamme, Heffel met en vente quatre peintures de Lawren Harris, dont Mountain Sketch, réalisée autour de 1928. Représentation lumineuse, presque divine, des Rocheuses, il s’agit d’un des plus beaux tableaux de Harris provenant d’une collection privée. Il est estimé entre 500 000 $ et 700 000 $.

PHOTO FOURNIE PAR HEFFEL

Saint Lucian Blue, œuvre d’art contemporain de Chris Ofili, peintre noir de Manchester établi à Trinité-et-Tobago. Ce grand tableau monochrome (2,78 m x 2 m) de 2006, qui fait partie de son corpus The Blue Rider, est estimé entre 350 000 $ et 450 000 $. Lauréat du prix Turner et ayant représenté le Royaume-Uni à la Biennale de Venise en 2003, Chris Ofili jouit d’une solide réputation internationale.

PHOTO FOURNIE PAR HEFFEL

Coastal Figure, œuvre d’Alex Colville datant de 1951, est une des pièces maîtresses de la vente de ce printemps. Colville a peint ce tableau paisible d’environ 1,40 m de largeur peu après son retour de la Seconde Guerre mondiale. « On sent l’influence chez lui de la Renaissance », dit Tania Poggione, directrice de Heffel à Montréal. La toile est estimée entre 650 000 $ et 850 000 $.

PHOTO WARD BASTIAN, FOURNIE PAR HEFFEL

Swing Gay, acrylique sur toile de juin 1976, est une des deux œuvres de Jack Bush faisant partie de la vente Heffel. Elle est restée longtemps aux États-Unis avant d’être acquise par un collectionneur de Vancouver. Il s’agit d’une œuvre inspirée par le jazz, musique adorée du peintre canadien mort en 1977, d’où le titre de cette peinture réalisée dans les derniers mois de sa vie. L’œuvre est estimée entre 250 000 $ et 350 000 $.

PHOTO FOURNIE PAR HEFFEL

Cette huile sur toile de Jean Paul Lemieux, Le manteau de lapin, date de 1964. Elle représente une jeune fille durant l’hiver et correspondrait à une allégorie de la (rare) douceur de l’hiver, la fourrure de lapin en rappelant la vigueur ! Cette œuvre avait été vendue à une collection privée de Toronto par la galerie Agnès Lefort. Elle est estimée entre 100 000 $ et 150 000 $.

PHOTO FOURNIE PAR HEFFEL

Le reflet d’Éden est une toile monumentale de Rita Letendre, une de ses plus belles jamais mises sur le marché. Une œuvre en provenance de Toronto, où l’artiste s'est éteinte l’an dernier. L’estimation de cette huile est de 100 000 $ à 150 000 $. Tania Poggione pense que le record de vente d’une œuvre de Rita Letendre pourrait être fracassé avec cette peinture de 1961, année qui marque le début, chez la peintre, d’une période d’abstraction expressive et mouvementée.

PHOTO FOURNIE PAR HEFFEL

Huile sur toile sans titre du Montréalais Jean McEwen peinte le 13 mars 1963. Cette abstraction complexe et très intérieure, au rouge dominant, mais constituée d’une profusion de pigments bleus, jaunes, blancs et noirs, est estimée entre 60 000 $ et 80 000 $.

Consultez le site d'Heffel

Jusqu’au 11 mai au 1840, rue Sherbrooke Ouest, à Montréal