Souhaitant encourager la philanthropie et soutenir son ancienne université, l’artiste montréalais John A. Schweitzer a décidé de donner 60 de ses œuvres à l’Université Western Ontario, un don équivalant à 4 millions.

Éric Clément
Éric Clément La Presse

John A. Schweitzer a voulu donner un véritable coup de chapeau à l’Université Western en remerciement des enseignements qu’il y a reçus dans les années 70, mais aussi du soutien constant que l’université ontarienne lui a témoigné tout au long de sa carrière professionnelle.

« C’est un très grand coup de chapeau ! dit-il. Je suis allé étudier de 1971 à 1974 à Western. Après, je suis allé à York faire une maîtrise de beaux-arts. Au début, j’avais choisi Western pour y étudier la littérature. J’avais annoncé à mes parents que je voulais devenir écrivain ! »

Finalement, John A. Schweitzer est devenu artiste, explorant la peinture, la sculpture, la photographie, le cinéma et les collages thématiques. Il a également été collectionneur, critique et même galeriste, de 1984 à 1994. Mais il a toujours été un artiste visuel très littéraire, ayant souvent intégré des textes à ses images. Il est fortement inspiré par la littérature, qu’elle soit classique ou moderne. « Mon style de collages est narratif », dit-il.

PHOTO FOURNIE PAR L’UNIVERSITÉ WESTERN

Erehwon Cycle V, 1999, John A. Schweitzer.

Les œuvres de John A. Schweitzer intègrent des textes d’écrivains (tels que le poète latin Virgile ou le romancier irlandais James Joyce) avec des objets trouvés, du papier de couleur, des affiches déchirées, des coupures de journaux voire des boîtes en carton ou des sacs d’épicerie.

Le don de l’artiste comprend des œuvres qui vont de ses années académiques jusqu’à nos jours, soit un spectre artistique de 45 ans. Parmi les 60 œuvres, 38 sont originales, y compris sa série The Erehwön Cycle, une narration en six panneaux inspirée du roman éponyme de l’écrivain britannique Samuel Butler (1835-1902).

PHOTO FOURNIE PAR L’UNIVERSITÉ WESTERN

Arcadian Wave, 1983, John A. Schweitzer.

« C’est un immense honneur de recevoir un cadeau aussi personnel de l’un des plus grands artistes du Canada, a déclaré le président de l’Université Western, Alan Shepard, par voie de communiqué. John est l’un des anciens étudiants les plus distingués de Western dont le prodigieux talent créatif est égalé par son esprit généreux. Nous sommes chanceux que John possède une affection si profonde pour son alma mater, et nous sommes ravis qu’il célèbre son lien de longue date avec Western à travers son art. C’est un cadeau qui inspirera notre communauté du campus pour les générations à venir. »

  • The Veiled Isle of Anglia, de la série Vallum Hadrianus, un collage de John A. Schweitzer.

    PHOTO FOURNIE PAR L’UNIVERSITÉ WESTERN

    The Veiled Isle of Anglia, de la série Vallum Hadrianus, un collage de John A. Schweitzer.

  • A Lyric for Northrop, 1984, John A. Schweitzer.

    PHOTO FOURNIE PAR L’UNIVERSITÉ WESTERN

    A Lyric for Northrop, 1984, John A. Schweitzer.

  • Republican Virtues, 1984, John A. Schweitzer.

    PHOTO FOURNIE PAR L’UNIVERSITÉ WESTERN

    Republican Virtues, 1984, John A. Schweitzer.

  • Legerdemain, 1988, John A. Schweitzer.

    PHOTO FOURNIE PAR L’UNIVERSITÉ WESTERN

    Legerdemain, 1988, John A. Schweitzer.

  • Affiche de l’exposition Robert Mapplethorpe présentée à la galerie John A. Schweitzer en 1984, la première exposition personnelle canadienne consacrée au photographe américain Robert Mapplethorpe (1946-1989).

    PHOTO FOURNIE PAR L’UNIVERSITÉ WESTERN

    Affiche de l’exposition Robert Mapplethorpe présentée à la galerie John A. Schweitzer en 1984, la première exposition personnelle canadienne consacrée au photographe américain Robert Mapplethorpe (1946-1989).

1/5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Natif de Simcoe, en Ontario, John A. Schweitzer a dédié son don à Arlene Kennedy, directrice de la galerie McIntosh de l’Université Western de 1989 à 2008. « Arlene a eu un rôle crucial en tant que première conservatrice d’une institution canadienne des arts pour acquérir et intégrer le premier Schweitzer dans une collection publique, dit John A. Schweitzer. Son intérêt d’acquérir une œuvre de chacune de mes 15 séries subséquentes a été indéfectible ».

Ses créations font partie de quelque 200 collections privées, corporatives et publiques à travers le monde, notamment des bibliothèques et des hôpitaux. Elles ont été exposées au Canada, mais aussi aux États-Unis, à New York et Los Angeles.

PHOTO THE WIZARD/PEGGY JARRELL KAPLAN, FOURNIE PAR L’UNIVERSITÉ WESTERN

John Schweitzer, 1991, The Wizard/Peggy Jarrell Kaplan.

Avec le don de John A. Schweitzer, et ses dons précédents, l’Université Western détient désormais la plus grande collection d’œuvres de cet artiste et devient le centre d’étude par excellence de son parcours. Le Montréalais d’adoption avait étudié à Western sous la direction du peintre canadien Paterson Ewen (ex-conjoint de Françoise Sullivan), de Roly Fenwick ou encore de Duncan de Kergommeaux.

« Par ce cadeau, j’espère encourager d’autres anciens étudiants, artistes et collectionneurs à soutenir Western, en particulier dans un monde post-COVID-19, dit John A. Schweitzer. Soutenir les arts et nos établissements d’enseignement devient plus important que jamais. »