Organisatrice de la foire Papier, l’Association des galeries d’art contemporain (AGAC) a annoncé mercredi que la 14e édition de l’évènement montréalais d’arts visuels aura lieu, cette année, du 26 au 28 novembre, à la fois au Grand Quai du Port de Montréal, comme en 2019, et de façon virtuelle sur la plateforme papiermontreal.com.

Éric Clément Éric Clément
La Presse

« Nous nous réjouissons de retrouver notre port d’attache, le Grand Quai, un lieu majestueux qui avait autant séduit les exposants que les visiteurs (en 2019), a déclaré Julie Lacroix, la directrice générale de l’AGAC. Alors qu’en 2020 nous avons eu l’occasion de développer la plateforme papiermontreal.com, Papier 2021 verra cette plateforme s’enrichir et confirmera la pérennisation de ce volet numérique essentiel et complémentaire. »

L’AGAC pourra ainsi continuer de proposer une foire virtuelle aux visiteurs pancanadiens tout en redonnant un accès physique, si important dans le domaine des arts visuels et si apprécié par les amateurs de peinture, de sculpture et de dessin. Par contre, la foire se déplace du printemps à l’automne.

« Après une édition où nous avons dû rapidement nous adapter et prendre un virage numérique forcé, nous en sommes sortis plus agiles avec l’envie d’innover et le désir de bonifier le volet virtuel qui sera désormais partie intégrante de Papier, affirme Mme Lacroix. L’équipe de l’AGAC et ses membres rêvent de retrouver leur public, de célébrer ensemble l’excellence de l’art d’ici et d’offrir une rencontre sans écran interposé avec des œuvres remarquables et avec les galeristes qui attendent impatiemment cet échange festif et riche en dialogues. Nous souhaitons que la situation sanitaire nous permette d’accueillir nos visiteurs en toute sécurité pour un parcours haut en beauté. »

Reportée puis annulée dans sa version présentée au Grand Quai du Port de Montréal en 2019, la foire Papier 2020 a eu lieu de façon virtuelle du 4 au 21 juin derniers. Avec 44 galeries d’art contemporain participantes et des outils numériques qui sont parvenus à la rendre quand même attrayante, en attirant quelque 18 000 internautes. Mais l’édition 2020 a généré moitié moins de revenus qu’en 2019, soit un peu plus de 700 000 $ au lieu de 1,5 million.

Les galeristes ont donc hâte de revenir à la formule physique et au contact direct avec leurs clients et de nouveaux amateurs d’art. L’an dernier, la moitié des acheteurs (48 %) était de nouveaux adeptes de Papier.