(Londres) Un monument dédié à la féministe britannique Mary Wollstonecraft a été dévoilé mardi à Londres, suscitant éloges, mais aussi critiques, certains regrettant le choix de la représenter nue.

Agence France-Presse

Mary Wollstonecraft était l’une des premières penseuses féministes. Son livre paru en 1792, A Vindication of the Rights of Woman (Une justification des droits de la femme), plaidait pour que les femmes aient les mêmes droits que les hommes.

Sa fille Mary Shelley a écrit le roman gothique Frankenstein.

Après la mort de Mary Wollstonecraft à 38 ans en 1797, sa renommée de femme de lettres a pâti des révélations sur sa vie personnelle tumultueuse, mais son rôle majeur est aujourd’hui reconnu.

La sculpture argentée lui rendant hommage se compose d’une forme abstraite surmontée d’une petite figure féminine nue. Créée par l’artiste britannique Maggi Hambling, elle a été installée dans un square du nord de Londres après une campagne menée par des admirateurs.

La fondatrice britannique du voyagiste en ligne Lastminute.com, Martha Lane Fox, a jugé sur Twitter que cette statue était « fantastique » pour rendre hommage à une « penseuse courageuse ».

Pourtant, son design a reçu un accueil mitigé, le journal conservateur The Daily Telegraph le trouvant même « gênant ».

Certains se sont demandé si un homme de stature équivalente aurait été représenté nu.

« Je pense qu’il aurait été bien de commémorer Mary Wollstonecraft avec ses vêtements », a tweeté la romancière britannique JoJo Moyes.

Mais la sculptrice qui a réalisé l’œuvre a déclaré au quotidien The Evening Standard que Mary Wollstonecraft « est toutes les femmes et (que) les vêtements l’auraient restreinte ».