L'artiste dissident chinois Ai Weiwei accumule les Lego, un bloc à la fois. Des galeries d'art à travers le monde amassent ces petits blocs de plastique pour l'artiste, après que l'entreprise danoise eut refusé de lui fournir des Lego pour son nouveau projet.

ASSOCIATED PRESS

Ai Weiwei, dont les oeuvres sont souvent critiques envers les autorités chinoises, a affirmé que Lego avait refusé, le mois dernier, la commande d'une grande quantité de blocs par une galerie d'art australienne où l'artiste prévoit construire une nouvelle oeuvre sur le thème de la liberté d'expression.

L'artiste a accusé l'entreprise de censure, mais Lego a répondu qu'elle ne pouvait approuver l'utilisation de ses blocs dans des projets à teneur politique.

La Royal Academy of Arts, à Londres, encourage les fans de l'artiste à remplir une BMW qui se trouve sur son terrain de blocs Lego pour Ai Weiwei. D'autres galeries, dont le Brooklyn Museum et la National Gallery of Victoria en Australie, ont fait de même.