Source ID:; App Source:

Qatar: une installation de Richard Serra en plein désert

Richard Serra devant son installation composée de quatre... (Photo: AFP)

Agrandir

Richard Serra devant son installation composée de quatre plaques d'acier de 15 mètres de haut.

Photo: AFP

Agence France-Presse
Doha

La soeur de l'émir du Qatar, cheikha Al-Mayassa Bint Hamad Al-Thani, qui veut faire du pays un centre artistique, a inauguré mardi soir en plein désert une installation du sculpteur américain Richard Serra.

Cette installation permanente, intitulée Est-ouest/Ouest-est et composée de quatre plaques d'acier de 15 mètres de haut, est située à une soixantaine de kilomètres de Doha et n'est accessible par aucune route asphaltée.

«Cheikha Al-Mayassa m'a demandé si je pouvais construire une oeuvre dans le désert. Je me suis rendu dans plusieurs endroits avec un bédouin et j'ai aimé ce désert», a expliqué Richard Serra, connu pour ses sculptures en métal, en acier et en plomb.

Ces plaques «connectent les mers situées à l'est et à l'ouest de ce paysage», a ajouté M. Serra, dont une exposition doit s'ouvrir mercredi à Doha.

Cheikha Al-Mayassa, qui dirige l'Autorité des musées du Qatar (QMA), aspire à faire du richissime émirat gazier du Golfe un centre artistique majeur.

Elle a été désignée comme la personnalité la plus influente dans le monde de l'art contemporain en 2013 par le magazine londonien Art Review, selon lequel elle dépense à la tête du QMA environ 1 milliard $ sur le marché de l'art.

C'est à son initiative qu'une installation de sculptures géantes de l'artiste britannique Damien Hirst, retraçant les étapes de la gestation de l'être humain de la conception à la naissance, vient d'être installée devant un centre médical.

L'installation, intitulée Le voyage miraculeux, est composée de 14 statues monumentales en bronze de 4,8 à 10,7 mètres de haut, qui pèsent entre 9 et 28 tonnes.

L'autorité des musées du Qatar a cependant dû démanteler en octobre une immense statue d'Adel Abdessemed immortalisant le «Coup de tête» de Zinédine Zidane contre l'Italien Marco Materazzi en finale du Mondial-2006.

Lors de son exposition à Paris, la statue avait suscité une polémique sur les valeurs du football. Au Qatar, elle elle a provoqué une campagne dénonçant une idolâtrie interdite par l'islam.




la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer