Quelque 200 000 personnes ont servi de «cobayes» à l'Exposition universelle de Shanghai, hier, pour une première journée-test avant l'ouverture officielle de la manifestation, le 1er mai.

ASSOCIATED PRESS

À l'issue d'une première journée de sept heures, les premiers visiteurs se sont dit déçus par la nourriture excessivement chère, les interminables files d'attente et encore le nombre limité de pavillons ouverts à la visite, une fois passés les contrôles de sécurité.

«Avant d'y aller, j'étais mentalement préparé à ce que ça soit bondé, mais j'avais sous-estimé», soupirait Ding Yangshen, 64 ans, ingénieur à la retraite, venu avec sa femme en utilisant des billets «journée-test» dont avait bénéficié son fils fonctionnaire.

Il a fait la queue pendant deux heures avant de pouvoir pénétrer sur le site, et n'a du coup passé que quelques minutes dans le pavillon américain. Et n'a même pas réussi à mettre le pied dans celui de la Chine, cette monumentale structure rouge qui est la principale attraction de l'exposition mais ne peut accueillir que 30 000 visiteurs par jour.

Dix jours de test

Après les dix jours de test, l'Expo Shanghai 2010 sera officiellement ouverte entre le 1er mai et le 31 octobre, l'occasion pour l'ultra-moderne mégalopole chinoise de se faire encore plus de publicité.

Quelque 70 millions de personnes sont attendues, les organisateurs affirmant que le nombre maximum de visiteurs par jour sera de 600 000.

Depuis des années, les Shanghaïens prennent leur mal en patience, supportant les travaux routiers et la construction de lignes de métro en prévision de l'événement.