Une exposition soi-disant «osée» qui sera présentée cet été au Musée des beaux-arts du Canada, à Ottawa, fait déjà jaser. Le ministre du Patrimoine, James Moore, a déjà promis qu'il n'irait pas voir la démonstration artistique qui ne pourra pas être visitée par les enfants sans surveillance parentale.

Kim Mackrael LA PRESSE CANADIENNE

La vie en pop. L'art dans un monde matérialiste présentera notamment des insignes nazis et des photos d'un artiste consommant son mariage avec sa femme, une vedette de l'industrie pornographique.

C'est le réputé Tate Museum de Londres, qui a prêté l'exposition au Musée des beaux-arts du Canada.

En parcourant les 11 pièces de l'exposition, l'on pourra notamment y voir le travail d'artistes pop comme Andy Warhol, Jeff Koons et plusieurs autres inspirés par Warhol. Ces derniers se sont notamment servis d'objets de consommation courante pour les transformer en oeuvres d'art.

Mais la nature provocante de l'exposition a déjà fait dire au ministre responsable de l'art au Canada qu'il n'ira pas revoir la démonstration artistique que le gouvernement a partiellement financé.

M. Moore a indiqué que son opinion personelle était déjà faite et qu'il n'était pas intéressé à revoir l'exposition. Le ministre a expliqué avoir vu des photos lorsque le musée a réclamé davantage d'argent pour financer l'exposition pop.

Ce nouveau financement a été refusé au musée. Mais James Moore a précisé que ce n'était pas en raison de son contenu.

Le ministre du Patrimoine a d'ailleurs annoncé jeudi que le Musée des beaux-arts du Canada faisait partie des quatre institutions qui allaient bénéficier d'un investissement de 15 millions $ destiné aux musées du pays. Celui d'Ottawa recevra deux millions $.

M. Moore a aussi soutenu jeudi que l'exposition estivale «osée» n'avait pas eu d'impact sur la manière dont le financement a été alloué aux diverses institutions. Il a ajouté qu'il n'était pas le ministre du bon goût mais celui du Patrimoine.

Par ailleurs, les jeunes enfants qui ne seront pas accompagnés d'un adulte n'auront pas le droit d'entrer dans les deux salles de l'exposition.

Le conservateur qui organise l'exposition, Jonathan Shaughnessy, a expliqué que le musée avait la responsabilité de s'assurer que les jeunes enfants ne soient pas exposés aux images choquantes sans la volonté de leurs parents. De plus, l'institution n'a pas voulu censurer le travail des artistes qui y exposés.

La vie en pop. L'art dans un monde matérialiste sera présentée du 11 juin au 19 septembre.