Sans surprise, un sondage réalisé de février à mars derniers pour le compte du ministère du Patrimoine canadien et du Conseil des arts du Canada constate une baisse de fréquentation des évènements culturels pendant la pandémie et une inquiétude de la population envers le retour en salle. En revanche, la fréquentation d’évènements en ligne, principalement du contenu culturel canadien, augmente.

Alexandre Vigneault
Alexandre Vigneault La Presse

Avant la pandémie, près de la moitié des Canadiens (46 %) ont déclaré avoir fréquenté un évènement artistique en personne. Ils n’ont toutefois fréquenté aucun évènement artistique depuis la COVID-19. Un constat qui s’explique par les mesures de confinement imposant la fermeture des lieux publics et culturels ainsi que par l’inquiétude qui demeure face à la possibilité de contracter le virus.

Bien que 69 % des répondants se soient dits prêts à assister à un évènement extérieur « une fois que la COVID-19 serait chose du passé », les Canadiens demeuraient, l’hiver dernier, divisés quant aux spectacles et aux manifestations culturelles qui se tiennent entre quatre murs : la moitié de la population (47 %) serait « plutôt à l’aise », et l’autre moitié (47 % également) ne se sentirait « pas très ou pas du tout à l’aise ».

Les personnes plus craintives s’inquiètent de manière comparable de trois facteurs : les nouvelles vagues du virus (22 %), le manque de contrôle personnel quant à l’exposition au virus (18 %) et d’autres « préoccupations générales » quant à la COVID-19 (20 %).

Le contenu en ligne canadien prime

La fermeture des lieux culturels, on le sait, a incité quantité de créateurs et d’institutions culturelles à bonifier leur offre en ligne, voire à s’en créer une de toute pièce. Un peu plus d’un Canadien sur dix (14 %) qui n’avait jamais fréquenté un évènement artistique en ligne avant la pandémie en a fait l’expérience depuis.

La moitié des gens qui ont regardé un évènement en ligne ont assisté à une diffusion en direct sur l’internet.

De plus, près de la moitié (48 %) des Canadiens qui ont regardé un évènement en ligne disent avoir découvert de nouveaux talents qu’ils aimeraient voir en personne une fois la pandémie terminée, et c’est en particulier vrai pour les jeunes de 16 à 24 ans, qui consommaient déjà plus de culture en ligne que la moyenne.

Les Canadiens qui ont regardé du contenu en ligne ont, dans une forte proportion (73 %), choisi du contenu canadien. Le sondage souligne que les résidants du Québec étaient « parmi les plus susceptibles » d’avoir consommé exclusivement du contenu canadien pendant la pandémie, le plus souvent en direct.

Le sondage commandé par le ministère du Patrimoine canadien et le Conseil des arts du Canada mesurait également la perception de l’importance du soutien gouvernemental aux arts et aux artistes. Sur ce plan, il ne constate aucun changement notable : comme en 2017, 85 % des Canadiens jugent important que les gouvernements au Canada appuient « au moins modérément » la culture. Le sondage note que la population du pays semble plus à l’aise avec un « soutien gouvernemental généralisé » et avec l’appui d’organismes ou d’établissements qu’avec de l’argent versé directement aux artistes.

Le sondage a été réalisé au coût de 211 000 $, principalement en ligne, du 19 février au 5 mars derniers par la firme Environics Research Group auprès de 10 000 Canadiens. Il s’agit d’un échantillon non probabiliste, et aucune marge d’erreur n’est calculée.

Avec William Leclerc

Consultez le sondage