Du 3 au 11 août, la 31e édition du festival international Présence autochtone se déploie au centre-ville de Montréal, notamment à la place des Festivals et au Cinéma du Musée. Voici six suggestions d’activités.

André Duchesne
André Duchesne La Presse

Transmission

Une soirée endiablée attend les festivaliers le 4 août avec un spectacle rassemblant six noms. Buffalo Hat Singers, le Nouvel Ensemble Moderne, Forestare, le rappeur mi’gmaq gaspésien Q052, Laura Niquay et Anachnid seront réunis sur scène. L’autrice-compositrice-interprète atikamekw Laura Niquay chante dans sa langue d’origine des pièces indie-folk. L’artiste multidisciplinaire oji-cree Anachnid, récipiendaire du prix d’autrice-compositrice de l’année 2019 à la fondation SOCAN, propose une musique matinée d’électro-pop, de trap, d’indie, de soul et de hip-hop.

Mercredi 4 août, 20 h, place des Festivals.

Out of State

PHOTO FOURNIE PAR LA PRODUCTION

Une scène du documentaire Out of State

Long métrage documentaire de Ciara Lacy, ce film trace le portrait de quelques prisonniers d’origine hawaïenne séjournant dans un pénitencier privé de l’Arizona, à des milliers de kilomètres de leur famille et de leur maison. Ces derniers cherchent la rédemption dans la redécouverte de leurs origines et de leurs racines culturelles.

Jeudi 5 août, 18 h 30, Cinéma du Musée.

Samian

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Le rappeur Samian

Depuis son passage dans un atelier du Wapikoni Mobile en 2004, Samian est devenu un artiste accompli et aux activités diversifiées. Auteur-compositeur-interprète, comédien, poète et photographe, le rappeur algonquin a lancé quatre albums depuis 2007. Il profite de son passage à Présence autochtone pour lancer son cinquième album, Nikamo (Chante), dont toutes les pièces sont chantées en algonquin.

Vendredi 6 août, 20 h, place des Festivals.

Anerca, Breath of Life

PHOTO FOURNIE PAR LA PRODUCTION

Une scène du documentaire Anerca, Breath of Life

Long métrage finlandais de Johannes et Markku Lehmuskallio, le film s’intéresse aux peuples autochtones vivant à la limite du Cercle polaire arctique. Dans ce film où cohabitent recherche documentaire et performance artistique, quelques membres des communautés nomades de Scandinavie s’expriment par le chant et la danse dans des lieux maintenant transformés par le passage des Occidentaux.

Dimanche 8 août, 18 h 30, Cinéma du Musée.

Northern Voice

PHOTO FOURNIE PAR PRÉSENCE AUTOCHTONE

Les tambours contemporains de Northern Voice

Travaillant ensemble depuis quelques années, les membres du groupe Northern Voice sont des joueurs de tambour partageant une vision commune et désirant la diffuser. Originaires de la communauté de Wemotaci, ils ont dernièrement enregistré leur troisième album intitulé Kikawino aski (Les Gardiens de la Terre). Ces deux soirées permettront aussi de voir la pièce de théâtre expérimental Notcimik (Là d’où vient notre sang), de Véronique Hébert, elle aussi une Atikamekw de Wemotaci.

Dimanche 8 août et lundi 9 août, 20 h, place des Festivals.

L’installation de Sonia Robertson

PHOTO FOURNIE PAR PRÉSENCE AUTOCHTONE

Une partie de l’œuvre Umiku Nekaui-Assi | Sang de la terre-mère, de Sonia Robertson

Tout au long du festival, La Guilde présente l’œuvre de Sonia Robertson intitulée Umiku Nekaui-Assi | Sang de la terre-mère. Cette installation in situ de l’artiste de Mashteuiatsh se définit comme « la trace matérielle de son expérience vécue non seulement avec ceux qui ont collaboré à sa création, mais aussi avec l’esprit de la rivière dans une vision animiste ». Le texte de présentation ajoute : « Elle constitue également un dialogue entre le visible et l’invisible, entre ombre et lumière. » L’œuvre a été créée avec d’autres femmes autochtones. Elle est faite de façon à ce que le visiteur en fasse le tour afin de mieux en capter le sens. La Guilde est une galerie spécialisée en art inuit et des Premières Nations du Canada.

Jusqu’au 12 septembre, La Guilde, 1356, rue Sherbrooke Ouest.

Consultez le site du festival