L’historien et auteur québécois Jacques Lacoursière est mort dans la nuit de lundi à mardi à Québec, des suites de troubles cognitifs graves, à l’âge de 89 ans.

Luc Boulanger
Luc Boulanger La Presse
André Duchesne
André Duchesne La Presse

Son fils François Lacoursière a confirmé la nouvelle à La Presse mardi matin.

Expert et vulgarisateur de l’histoire du Québec, Jacques Lacoursière a connu une carrière exemplaire au parcours atypique (il était autodidacte). Il a publié plusieurs ouvrages et a été récompensé de nombreux prix, distinctions et doctorats honorifiques. Il a beaucoup collaboré avec son ami Denis Vaugeois, entre autres en publiant les cinq volumes d’Histoire populaire du Québec. Publié aux éditions du Septentrion, cet ouvrage fut un succès de librairie avec environ 150 000 exemplaires vendus.

Joint par La Presse, Denis Vaugeois a rendu hommage à cet ami et historien qu’il connaissait depuis 1959.

« Jacques a été mon élève à l’École normale de Trois-Rivières où, après plusieurs détours, il s’est inscrit pour devenir enseignant, a raconté M. Vaugeois. Lorsque je l’ai croisé quelques mois plus tard, je lui ai demandé ce qu’il faisait durant l’été. Il m’a répondu : j’attends l’automne [rires]. Alors, je lui ai offert de venir avec moi aux Archives nationales à Ottawa, où je travaillais sur l’arrivée des premiers juifs en Amérique. Quand Jacques a découvert les archives, il a eu la piqûre. »

De cette « piqûre », l’homme est passé à une vraie vocation. L’histoire du Québec a occupé le reste de la vie de M. Lacoursière. Un homme visiblement doué, lorsqu’on demande à Denis Vaugeois de nous le décrire. « Avant d’être un historien, Jacques était un littéraire, dit son ami. Lorsque je suis allé chez lui la première fois, j’ai été soufflé par son extraordinaire bibliothèque.

Il avait une belle plume, une mémoire fabuleuse et une intelligence exceptionnelle. En plus, il écrivait très vite !

L’historien Denis Vaugeois

L’historien Éric Bédard, qui a travaillé avec Lacoursière sur plusieurs émissions, nous confie qu’il était « un homme courtois, généreux et très aimé du public ». Un mentor ? « Absolument ! Jacques Lacoursière a allumé ma flamme. Il a toujours rendu l’histoire du Québec la plus accessible possible. Jacques a toujours été fidèle à l’histoire-récit, au lieu de voir sa matière comme une science sociale, avec une problématique. Il n’était jamais dans la polémique. Il prônait une histoire rassembleuse, généreuse. En évitant la confrontation. Ce qui est une belle et rare qualité de nos jours », a témoigné M. Bédard.

Raconter le Québec

« À la radio, à la télévision, dans les journaux et sur le web, les historiens sont plus nombreux que jamais à avoir investi le domaine de la vulgarisation historique. Mais pendant longtemps […], ce n’était pas prestigieux, voire mal vu, pour un professeur de faire de l’histoire grand public. Jacques Lacoursière avait compris, lui, que l’éducation historique pouvait passer non seulement par les universités, mais aussi par les médias et par des ouvrages de vulgarisation », a écrit sur Facebook Myriam Wojcik, historienne en chef de l’émission Kébec.

L’ancien ministre Claude Morin l’a aussi bien connu, les deux hommes ayant collaboré dans la rédaction et la correction de certains ouvrages. « Jacques était un gars que j’admirais beaucoup. Il a rendu de grands services aux Québécois en leur racontant le Québec. J’ai écrit 10 livres dans ma vie et il m’a, avec d’autres, beaucoup aidé dans la rédaction de mes premiers ouvrages. C’est un homme de grande valeur pour l’histoire québécoise », dit Claude Morin.

L’historien Laurent Turcot se souvient d’avoir découvert Jacques Lacoursière vers la fin du secondaire ou son entrée au cégep, avant même d’avoir fait son propre choix de carrière. « Comme beaucoup de gens, j’ai été très intéressé par sa participation à la série Épopée en Amérique de Gilles Carle », dit M. Turcot.

Sa force résidait non seulement dans sa façon de raconter l’histoire, mais de le faire de manière à ce que l’on comprenne bien le contenu.

L’historien Laurent Turcot

Avec Denis Vaugeois, Jacques Lacoursière avait aussi publié le célèbre ouvrage Canada-Québec : synthèse historique qui a fait l’objet de nouvelles éditions au fil des ans. La plus récente a été publiée en 2015, et l’historien Jean Provencher avait joint sa voix à celles de MM. Vaugeois et Lacoursière pour cette nouvelle mouture.

L’inventaire des archives de Jacques Lacoursière a été fait au cours des dernières années. Le Fonds Jacques Lacoursière a été déposé à la succursale de Québec de Bibliothèque et Archives nationales du Québec.