Plusieurs dizaines d’artistes, de travailleurs et travailleuses du milieu artistique et culturel de la ville se sont rassemblés dimanche après-midi à la Place des Arts afin de manifester pour droit à l’accès aux arts vivants, qu’ils considèrent comme un droit fondamental.

Publié le 7 févr. 2021
Alice Girard-Bossé
Alice Girard-Bossé La Presse

« Je suis venue aujourd’hui pour les soutenir parce qu’ils sont oubliés, a affirmé Ruba Ghazal, députée de Mercier et responsable pour Québec solidaire en matière de culture. Aujourd’hui, j’ai proposé une demande à la ministre de la Culture de donner des aides directement aux artistes. »

Elle a demandé à la ministre de la Culture de débloquer une aide d’urgence de 50 millions qui passerait directement par le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) pour aider les artistes et artisans des arts de la scène à planifier la relance de leur milieu.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

La députée de Mercier et responsable pour Québec solidaire en matière de culture, Ruba Ghazal

« Cette crise sanitaire peut durer encore très longtemps et il va falloir trouver d’autres solutions qu’uniquement confiner et déconfiner. La relance, c’est aujourd’hui qu’il faut la préparer, ce n’est pas quand tout le monde va être vacciné », a-t-elle ajouté.

« On ne peut plus vivre »

Les manifestants déplorent que le milieu artistique soit mis sur pause depuis près d’un an à cause des normes sanitaires. « On est opprimés, on ne peut plus vivre et on est un art vivant », soutient Mélodie Gauvreau, qui gagne sa vie dans le domaine artistique depuis 20 ans.

Les gens peuvent aller magasiner, attendre en file d’attente, prendre l’avion, mais on ne peut plus aller dans une salle de spectacle. Le gouvernement nous met dans un mode de consommation plutôt que de guérison.

Mélodie Gauvreau

Sa fille Neyla Gauvreau, 8 ans, l’accompagnait, pancarte à la main. « C’est plate parce que notre école de cirque a fermé à cause de la COVID-19 », a-t-elle dit. « C’est un enfant et elle ne peut plus faire de cirque, de danse et de gym, renchérit sa mère. Elle a besoin de s’exprimer. Le gouvernement est en train de rendre la société malade. »

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Neyla Gauvreau, 8 ans

De la transparence et du concret

Les manifestants n’en peuvent plus d’être mis à l’écart. « Je trouve qu’on nous a rendus invisibles depuis le début de la pandémie. Je trouve ça important qu’on se rassemble aujourd’hui pour montrer qu’on existe encore, malgré qu’on soit relayés un peu au second plan », a indiqué Léo Gaudreault, qui travaille dans le domaine des arts visuels.

Il demande au gouvernement d’avoir la dignité de parler des artistes. « Je ne sais pas où est la ministre de la Culture depuis le début de la pandémie, mais elle se fait trop discrète. »

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Léo Gaudreault

Aymen Khelifa et Kilian Merdrignac implorent le gouvernement d’être transparent et de se mettre à la place des artistes. « Il y a probablement d’autres alternatives à ce confinement total. Le gouvernement doit avouer qu’il y a un problème et que tout ne va pas bien », soutient M. Khelifa.

« Ça fait longtemps qu’on attend du concret. C’est déjà bien que les musées rouvrent la semaine prochaine », ajoute M. Merdrignac.