La ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, annoncera au point de presse quotidien du gouvernement Legault ce vendredi la réouverture de certains établissements culturels, dont les musées. Mais ils ne sont pas les seuls dans le domaine culturel à préparer le terrain pour la reprise de leurs activités. Tour d’horizon.

Émilie Côté Émilie Côté
La Presse

Éric Clément Éric Clément
La Presse

Alors que le domaine culturel attend avec impatience un plan de relance, la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, sera assise vendredi aux côtés de la vice-première ministre, Geneviève Guilbault, pour le point de presse quotidien du gouvernement.

Comme elle l’a laissé entendre jeudi à la radio de Radio-Canada, Mme Roy y annoncera la réouverture de certains musées et bibliothèques. Un guide de normes sanitaires pour les institutions muséales, élaboré par les autorités de santé publique et la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), sera aussi dévoilé.

Il s’agira d’une première annonce de déconfinement dans le milieu des arts. « Cela donne un peu d’espoir au secteur culturel », lance Nathalie Bondil, directrice générale et conservatrice en chef du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM).

On a tous besoin de se ressourcer auprès de l’art. Les musées peuvent être des endroits très réconfortants.

Nathalie Bondil, du Musée des beaux-arts de Montréal

Mme Bondil ignore si une date officielle de réouverture sera dévoilée et si les musées de l’extérieur de Montréal rouvriront d’abord. « J’espère qu’on aura du temps pour s’adapter aux directives du guide », dit-elle.

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Nathalie Bondil, directrice générale et conservatrice en chef du Musée des beaux-arts de Montréal

Mme Bondil estime que le MBAM pourrait rouvrir dans deux semaines. Le MBAM a d’ailleurs déjà formé un comité de réouverture et un guide pour ses employés.

Depuis des semaines, tous les grands musées du Québec travaillent d’arrache-pied pour revoir l’expérience muséale en temps de pandémie. « De l’achat des billets jusqu’à celui des produits de la Librairie-Boutique, en passant par l’accueil, la signalisation, la circulation dans les salles d’exposition et dans les aires publiques du Musée », tout a été repensé, énumère Linda Tremblay, directrice des communications au Musée national des beaux-arts du Québec. 

Ça fait longtemps qu’on observe ce qui se passe ailleurs dans le monde et qu’on se prépare.

Linda Tremblay, directrice des communications au Musée national des beaux-arts du Québec

À Montréal, le Musée d’art contemporain est aussi prêt à accueillir des visiteurs avec un « parcours d’exposition à sens unique », a précisé la responsable des relations publiques, Roxane Dumas-Noël. À Québec, le Musée de la civilisation n’attend aussi que le guide de normes sanitaires du ministère de la Culture avant de rouvrir ses portes.

De son côté, le Musée d’art de Joliette pourrait être prêt à rouvrir dès le début du mois de juin. « Les coûts reliés aux mesures sanitaires pour la réouverture sont une autre préoccupation, surtout dans le contexte où les revenus autonomes et philanthropiques ont fondu comme neige au soleil », souligne la responsable des communications, Julie Armstrong-Boileau.

Vers la reprise des tournages de fiction

Au total, le ministère de la Culture a créé six comités sectoriels afin d’échanger avec le milieu sur les réalités respectives de chacun des secteurs et sur les mesures appropriées et porteuses pour la relance, précise la relationniste Isabelle Boily.

Les musées seront les premiers à faire l’objet d’une annonce du gouvernement ce vendredi.

Or, un guide sanitaire est aussi en cours d’élaboration pour le secteur de l’audiovisuel (cinéma, télévision, médias numériques). Le ministère de la Culture a mis sur pied « une table sectorielle » à laquelle siègent notamment des représentants de l’Alliance québécoise des techniciens et techniciennes de l’image et du son (AQTIS), de l’Association québécoise de la production médiatique (AQPM), de l’Union des artistes et de l’Association des réalisateurs et réalisatrices du Québec.

À la suite de plusieurs réunions, les associations ont reçu cette semaine l’ébauche du guide rédigé par la Direction de la santé publique et la CNESST. « C’est la première version. Nous devons donner nos commentaires d’ici la fin de la semaine », indique Hélène Messier, présidente-directrice générale de l’AQPM.

Mme Messier a bon espoir que tous les tournages de fiction et de l’ensemble de la production télévisuelle pourront reprendre dès le mois prochain.

De son côté, Gilles Charland, directeur général de l’AQTIS, est moins optimiste. « En juin, j’aimerais ça, mais j’en doute à voir le plan de déconfinement. C’est la Santé publique qui décide ultimement », rappelle-t-il.

Cela se fera sans doute par étapes. Déjà, les tournages publicitaires ont repris. Or, les tournages de fiction représentent un plus grand défi dans le respect des mesures de distanciation physique.

Quelles mesures faudra-t-il adopter pour que les plateaux soient sécuritaires ? Tester régulièrement tous les membres d’une équipe de tournage ? S’inspirer de ce qui se fait ailleurs dans le monde ? 

Différents scénarios sont étudiés pour favoriser une reprise rapide et sécuritaire.

Gilles Charland, directeur général de l’AQTIS

Chose certaine, la consultation en cours est un « bon signe » en vue de la reprise, dit Hélène Messier.

Les autres secteurs

Les autres secteurs culturels réunis en comité sont les domaines du livre, du patrimoine, des médias ainsi que des arts de la scène et de la diffusion.

À RIDEAU, organisme regroupant 350 salles de spectacles et festivals, le président du conseil d’administration, David Laferrière, parle de plusieurs semaines avant la réouverture. Le guide sanitaire pour les spectacles en salle n’est pas terminé, dit-il. « La consultation pour les plans sanitaires vient de se terminer et [les autorités de santé publique] sont en pleine analyse. On nous dit que ce sera le cas jusqu’à la fin du mois de mai. »

Et les cinéparcs ?

S’il y a un endroit où il est facile d’appliquer les règles de distanciation physique, c’est bien dans un cinéparc. Les propriétaires de cinéparcs, qui comptent sur de grands espaces en plein air, sont d’ailleurs déjà sollicités de toutes parts. « Pour des spectacles, des remises de diplômes et par des entreprises privées », énumère François Pradella, copropriétaire du cinéparc d’Orford. Il est question que les cinéparcs puissent rouvrir le 19 juin. « C’est le scénario avec lequel on travaille, mais ce n’est pas une date officielle », précise M. Pradella.

« J’ai très hâte, bien que ce ne sera pas rentable », souligne quant à lui André Monette, copropriétaire du cinéparc de Saint-Hilaire. Reste aussi à voir quels films seront présentés. Pour que les distributeurs mettent des nouveautés à l’affiche, les salles de cinéma devront rouvrir aussi. 

À Québec, le maire, Régis Labeaume, a déclaré vouloir ouvrir trois cinéparcs gratuits cet été.

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE

Le groupe de musique 2Frères prévoit offrir des spectacles dans des cinéparcs. 

Le groupe de musique 2Frères a annoncé une tournée des cinéparcs, qui doit débuter le 2 juillet à Brossard. La mise en vente des billets est prévue la semaine prochaine. Mais pour que tout aille de l’avant, là aussi, « il faudra le OK de la Santé publique », rappelle Martin Véronneau, de la boîte de promotion Local 9, qui travaille avec 2Frères.