L’auteur Yvan Godbout risque la prison pour avoir écrit une scène d’agression sexuelle d’une fille de 9 ans par son père dans le conte d’horreur Hansel et Gretel. Cette situation est jugée « hypocrite » par plusieurs auteurs, qui se mobilisent pour dénoncer une « censure ».

VÉRONIQUE LAUZON VÉRONIQUE LAUZON
La Presse

Il y a une dizaine de jours, Yvan Godbout et et les éditions AdA ont appris que leur procès se déroulerait devant jury. Il devrait avoir lieu en septembre 2020.

Ils sont accusés par le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) d’avoir produit et distribué de la pornographie juvénile. Le roman d’horreur Hansel et Gretel, de la collection des Contes interdits, contient un passage d’une page où l’auteur décrit le viol d’une fillette par un homme.

C’est une professeure qui a d’abord porté plainte contre l’auteur en 2018, jugeant la description « trop explicite ».

L’avocat d’Yvan Godbout, Me Jean-Philippe Marcoux, nous a confirmé qu’il y avait eu perquisition au domicile de son client et que la police avait fouillé ses ordinateurs, mais elle n’aurait trouvé aucun matériel de pornographie juvénile. Le procès repose ainsi sur le livre, affirme Me Marcoux. S’ils sont reconnus coupables, les accusés risquent une peine de 1 an à 14 ans de prison.

Mobilisation des auteurs

Même si Godbout et son éditeur ont été formellement accusés en avril dernier, le milieu littéraire n’avait pas fait grand cas de cette histoire jusqu’ici.

« À chaque étape, on se disait que ça allait mourir dans l’œuf, puisque c’était complètement absurde, explique l’auteur Pierre-Yves Villeneuve. On se disait que quelqu’un allait se réveiller à un moment donné et mettre fin à cette aventure-là. »

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Pierre-Yves Villeneuve

La semaine dernière, nous avons eu la confirmation que ça allait en procès devant jury. Quand nous avons eu la nouvelle, nous avons décidé de nous mobiliser.

Pierre-Yves Villeneuve

Ainsi, depuis quelques jours, beaucoup d’auteurs dénoncent l’affaire Godbout sur les réseaux sociaux. Le député du Bloc québécois Stéphane Bergeron, ancien ministre de la Sécurité publique, se solidarise lui aussi avec l’auteur. « Il s’agit d’un acharnement du DPCP. C’est injustifié ! »

« Une œuvre qui ferait l’apologie de relations sexuelles entre un enfant et un adulte serait certainement une œuvre à mettre au ban. Mais ce n’est pas le cas ici ! Les lignes écrites par Godbout ne sont pas gratuites. Elles permettent d’expliquer la psychologie des personnages et leurs motivations pour la suite de l’intrigue. Il n’y a aucune glorification du personnage ! Au contraire ! », ajoute Stéphane Bergeron.

En colère

Avant l’affaire Godbout, Patrick Senécal n’avait jamais craint de se retrouver devant la justice à cause d’un de ses romans. L’auteur à succès, qui a écrit beaucoup de scènes d’horreur, se questionne maintenant à ce sujet.

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Patrick Senécal

Pourquoi juge-t-on que la scène de pédophilie de Godbout est plus criminelle qu’une scène de meurtre ou de viol que j’ai écrite ? Dans tous les cas, ce sont des crimes qui ne sont pas permis en société.

Patrick Senécal, auteur

Il espère que ce cas permettra de modifier la loi pour qu’un auteur qui écrit une scène semblable à celle d’Yvan Godbout ne soit plus menacé de faire de la prison.

L’auteure jeunesse Carine Paquin déplore que des gens soulignent le caractère explicite du passage du livre. « Peut-être que c’est vrai… Mais la question n’est pas là. Est-ce qu’on emprisonne une personne pour ça ? C’est là que ça va trop loin. »

Marie-Ève Bourassa abonde dans le même sens. L’auteure de polars reconnaît que cet extrait est « assez trash », mais elle ajoute que cette collection s’adresse à « un public averti » : « J’ai moi-même écrit des morceaux assez décadents, insoutenables et qui, sans appuyer sur ce fait, mettaient aussi des mineures en scène. Comment faire autrement quand ton sujet est le trafic humain ? On est loin de la pornographie. On dénonce, en fait. »

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Marie-Ève Bourassa

Montrer le monstre dans toute son horreur, ce n’est pas le célébrer. Au contraire.

Marie-Ève Bourassa, auteure

L’auteure Whitney St-Onge B. défend le droit des citoyens de porter plainte à la police s’ils le souhaitent. « Mais qu’on retienne la cause et qu’elle se déroule devant jury, c’est insensé. »

Elle vient de terminer l’écriture d’un nouveau roman, qui contient aussi une scène de pédophilie. Elle se demande maintenant si elle doit modifier ce passage : « Avec ce procès, c’est comme si on nous disait qu’on n’a pas le droit de parler de ce genre de sujet ou qu’il faut s’autocensurer au Québec. »

L’humoriste et auteure Anne-Marie Dupras suggère — ironiquement — que l’État fournisse aux créateurs un guide de ce qu’ils ont « le droit d’écrire ou pas ».

Après Mike Ward

Tous les auteurs interviewés espèrent que le débat se retrouvera sur la place publique, comme l’est l’affaire Mike Ward.

« Il y a surtout des auteurs qui réagissent en ce moment. J’espère que ça va dépasser ce cercle. Un film ou une série télé pourrait se retrouver devant la justice. Tous les milieux artistiques devraient s’intéresser à l’affaire Godbout », estime Anne-Marie Dupras.

Avant d’être auteur, Charles-André Marchand a été journaliste, entre autres aux actualités judiciaires. « Un cas de censure comme ça, au Québec, je ne me souviens pas [d’en avoir vu], affirme-t-il. Je pense qu’il faut remonter au duplessisme. »

Charles-André Marchand relève que, contrairement à Mike Ward, Yvan Godbout n’est pas connu du grand public et que, en conséquence, cette histoire est moins médiatisée. Mais il espère sincèrement une « levée des boucliers ». « Si Yvan perd sa cause, ce qui me surprendrait énormément, attachons nos tuques ! On va revenir au temps de l’Index », laisse-t-il tomber.