C'est l'histoire du petit pas fin de la cour d'école. L'intimidateur de sixième année qui insulte à répétition un groupe d'élèves de quatrième et qui, lorsqu'on finit par lui rendre la monnaie de sa pièce, va se plaindre à son enseignante qu'on n'a donc pas été gentil avec lui. Bouhouhou...

Mis à jour le 3 avr. 2019
MARC CASSIVI LA PRESSE

C'est une histoire pour le moins ironique. L'histoire d'animateurs de radio dont l'essentiel de la notoriété repose sur l'insulte et l'injure, qui ont fait leur pain et leur beurre de leur acharnement contre des groupes minoritaires, qui réclament le droit de tout dire, même ce qu'il y a de plus odieux et outrancier, au nom de la sacro-sainte liberté d'expression et qui, dès qu'ils sont contredits dans un style idoine, tentent de faire taire leurs adversaires.

C'est l'histoire d'un animateur de radio de Québec, Éric Duhaime, qui a déjà déclaré en ondes : « C'est écrit où, dans le Code criminel, que j'ai pas le droit de donner une tête de cochon emballée dans du plastique avec une boucle dessus ? » après qu'on eut déposé pendant la nuit, en plein ramadan, une tête de porc ensanglanté devant la porte du Centre culturel islamique de Québec, accompagnée d'une carte où il était écrit « Bonne [sic] appétit ». (Le même Centre culturel où a eu lieu, sept mois plus tard, un attentat qui a fait six victimes musulmanes.) Et qui refuse que l'on remette en question les discours qui banalisent les actes islamophobes.

C'est l'histoire d'une pleureuse, d'une victime professionnelle, qui joue aux vierges offensées.

C'est aussi l'histoire d'une chaîne controversée, Radio X, qui, il y a 15 ans, a mobilisé 50 000 sympathisants à sa cause dans les rues de Québec afin de contester une décision du CRTC et défendre le droit de ses animateurs d'insulter à l'envi la cible de leur choix, sur les ondes publiques, sans être inquiétés outre mesure. Et qui envoie une mise en demeure à une députée. Libaaarté ! Oui, mais à sens unique...

C'est l'histoire du propriétaire d'une meute de chihuahuas jappant depuis 15 ans, qui se vexe soudainement qu'un labrador excédé jappe en retour. Et qui exige que le chien du voisin soit muselé.

Lundi, Éric Duhaime, animateur au FM93, et Radio X ont fait parvenir des mises en demeure à la députée de Québec solidaire Catherine Dorion, qui a tenu selon eux des propos diffamatoires à l'occasion d'une discussion avec l'artiste Safia Nolin pour la série de baladodiffusions Nous ne sommes pas seuls, en ligne depuis la semaine dernière.

Catherine Dorion y laisse entendre que le discours de certains chroniqueurs et animateurs « encourage la division, la haine » et qu'ils « vont radicaliser du monde, comme du monde qui font des actes haineux, du monde qui font des meurtres ».

« Vous m'accusez de crimes que je n'ai jamais commis, pis vous voulez polluer ma vie. Je ne vous laisserai pas faire », a déclaré Éric Duhaime pendant son émission, lundi après-midi. « Vous faites des campagnes sur la liberté d'expression, mais dès qu'on ose s'exprimer sur vous autres, vous paniquez, vous envoyez des mises en demeure », a répliqué Catherine Dorion dans une vidéo diffusée le jour même sur sa page Facebook.

« Éric Duhaime, tu n'es pas coupable, ni directement ni indirectement, d'un meurtre », a précisé la députée, en qualifiant la réaction de l'animateur de « crise de bacon nationale ». Cependant, a-t-elle ajouté, « il y en a au Québec qui contribuent à la détérioration du climat social en donnant constamment toutes sortes d'opinions négatives sur les musulmans, sur les intellectuels, les féministes, les autochtones, les étudiants, les cyclistes, les environnementalistes, les fonctionnaires, les syndicats, les BS, la gogauche, les artistes, etc. »

« Moi, aujourd'hui, je décide que je ne vais pas me taire. [...] Je ne me laisserai pas intimider. »

- Catherine Dorion dans une vidéo Facebook

Je ne prétends pas que Catherine Dorion a eu raison de laisser entendre que des animateurs et chroniqueurs sont des agents de radicalisation. J'ai eu récemment des désaccords avec la députée solidaire, notamment sur sa vision des médias et sur le populisme de gauche. Elle m'a invité à en débattre dans le cadre de son balado et j'en ai publié des extraits dans nos pages en février.

On ne peut établir de lien direct, de cause à effet, entre le martèlement d'opinions qui stigmatisent les musulmans et un crime précis contre des musulmans. (Évoquant un « bris de confiance », le FM93 a mis un terme hier à la collaboration hebdomadaire de Catherine Dorion à son émission matinale, animée par Sylvain Bouchard.)

Mais lorsqu'on se fait un point d'honneur de défendre la liberté d'expression à tout prix, lorsqu'on se targue de ne jamais s'encombrer de rectitude politique, lorsqu'on ridiculise et que l'on intimide ses adversaires idéologiques à répétition, lorsqu'on « pollue la vie » des autres et qu'on les accuse de tous les maux, lorsqu'on ne fait plus le compte de ses propres dérapages (« Les Noirs ont peu de héros, il faut se le dire franchement. [...] Et quand ils ont des héros, c'est souvent malheureusement des zéros », a déclaré Éric Duhaime en 2014 à Radio X), bref, lorsqu'on vit dans une maison de verre, on ne lance pas de pierre.

Et surtout, surtout, on ne va pas se plaindre en pleurnichant à la maîtresse d'école.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Éric Duhaime, animateur au FM93.