Le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) inaugurait le 29 mars dernier sa Ruche d'art dans l'Atelier international d'éducation et d'art-thérapie Michel de la Chenelière, en collaboration avec l'Université Concordia. Ce nouvel espace de création multidisciplinaire est le 105e du Réseau international des Ruches d'art, le premier dans un musée.

Publié le 31 mars 2017
LA PRESSE

Ouvert à tous les publics, il sera supervisé et animé par un art-thérapeute, nouvellement engagé par le MBAM grâce au soutien de la Fondation de la famille Rossy. La Ruche d'art s'inscrit dans le «Programme art-thérapie et mieux-être Rossy» du Musée.

Nathalie Bondil, directrice générale et conservatrice en chef du MBAM, a commenté : « L'expansion récente de l'Atelier international d'éducation et d'art‐thérapie Michel de la Chenelière nous permet d'accueillir la 105e Ruche d'art... mais la première associée à un musée! Grâce à notre partenariat privilégié avec l'Université Concordia et au soutien de la famille Rossy, nous continuons, au MBAM, à innover pour le mieux‐être de la société : nous renforçons notre impact sociocommunautaire et nous pouvons engager notre premier art‐thérapeute. »

Stéphanie Rossy, de la Fondation de la famille Rossy, a déclaré : «Nous sommes enchantés de nous associer au MBAM afin de développer le «Programme art‐thérapie et mieux‐être Rossy». Nous nous réjouissons à l'avance du rôle que le Programme et la Ruche d'art du Musée vont jouer en favorisant le mieux‐être au sein des divers groupes de Montréalais qui participeront aux activités. »

La Ruche d'art du MBAM a été développée en collaboration avec le Département de thérapies par les arts de l'Université Concordia. Fondé à Montréal en 2011 par Janis Timm‐Bottos, professeure agrégée de l'Université, le Réseau des Ruches d'art relie aujourd'hui 104 projets à travers le Canada et le monde, dont 45 au Québec. Ces ateliers collectifs de création ont pour objectif de promouvoir l'esprit communautaire. Ces tiers‐espaces créent de multiples occasions de dialogue, de partage de savoir‐faire et de création artistique, entre des gens de divers horizons  socioéconomiques, âges, cultures et capacités.

Le recteur de l'Université Concordia, Alan Shepard, a déclaré : « La création artistique et l'artthérapie sont des outils extraordinaires qui aident les gens à tisser des liens significatifs. Que ce soit par notre enseignement, nos pôles d'expertise en recherche ou nos nombreux programmes de sensibilisation tels que la Ruche d'art, l'université de demain permet d'établir des ponts entre les communautés et d'enrichir notre société. Notre partenariat exceptionnel avec le Musée des beaux‐arts de Montréal nous donne les moyens d'atteindre ces objectifs. »

À travers la création de six Ruches d'art en Amérique du Nord, Janis Timm‐Bottos a su faire évoluer le modèle et la pratique de ces espaces, mettant ainsi à profit deux décennies de recherche, d'action soutenue, d'observation, d'adaptation continue et d'expérimentation.

Janis Timm Bottos, professeure agrégée au Département de thérapies par les arts de l'Université Concordia, a souligné : « Accepter d'accueillir la communauté pour développer une Ruche d'art entre les murs d'une institution culturelle prestigieuse en dit long sur le MBAM. Nous valorisons la créativité des communautés qui nous entourent ; nous voulons interagir avec elles, nous voulons les écouter et nous voulons découvrir ce que sont leurs rêves, leurs espoirs, leurs peurs. La Ruche d'art permettra de rassembler des gens qui, du fait de leurs différences, n'auraient pas l'occasion de se rencontrer. C'est un espace qui favorisera la contribution de toutes ces personnes à la vitalité et à l'innovation sociale pour lesquelles Montréal est célébré. »

Thomas Bastien, directeur par intérim du Département de l'éducation et de l'action culturelle, a affirmé : « Grâce à l'ouverture de cette Ruche d'art et à l'arrivée d'un art‐thérapeute au sein de notre équipe, les projets réalisés en santé et mieux‐être pourront grandir et perdurer. Par ces actions, le MBAM s'ancre davantage dans la communauté montréalaise pour offrir un lieu où il fait bon vivre, échanger, créer et grandir!»

La Ruche d'art du MBAM est un carrefour d'échanges et de rencontres pour l'ensemble des clientèles du Musée, qu'il s'agisse de groupes sociocommunautaires ou scolaires, de familles ou du grand public. Ce lieu prend la forme d'un atelier de création supervisé par un art‐thérapeute, mettant à disposition gratuitement du matériel artistique. Le Musée fournit certains outils, tels que des pinceaux, de la peinture, des ciseaux, de la colle, mais tout le matériel utilisé pour la création provient des matières recyclées du Pot de miel de la Ruche d'art de Saint‐Henri et du nouveau Center for Creative Reuse (CUCCR) de l'Université Concordia : tissus, bois, métal, CD, perles, boutons, papiers de toutes sortes.

La gamme d'activités possibles dans la Ruche d'art est très diversifiée : concevoir quelque chose de nouveau à partir de vieux chandails détricotés, créer une sculpture avec des matériaux recyclés, dessiner, coudre ou peindre. Cet espace d'échanges intergénérationnels peut également être utilisé pour des discussions, des performances et des EducExpos. La Ruche d'art est un espace convivial que les participants sont libres d'aménager selon leurs besoins.

L'aménagement sur mesure intègre surfaces de travail et rangements - dont des armoires en forme d'alvéoles, clin d'oeil à la ruche - qui ont été conçus et réalisés par l'équipe de production des expositions du MBAM sous la direction de Sandra Gagné. Des horaires adaptés aux besoins des publics du Musée Tel qu'il est conçu, l'horaire de la Ruche d'art permet d'accueillir le plus grand nombre afin que tous puissent prendre part à une séance de créativité. Demeurant flexible, l'horaire sera adapté selon la demande.  Dans un premier temps, la Ruche d'art sera ouverte deux jours par semaine, le mercredi de 15 h à 20 h, et le dimanche de 13 h à 16 h.

Des plages horaires seront réservées aux participants des ateliers organisés par les centaines d'organismes sociocommunautaires qui fréquentent le Musée de façon régulière dans le cadre du programme «Le Musée en partage». Certaines périodes seront aussi réservées aux participants des organismes communautaires qui désireraient revenir au Musée de façon autonome et bénéficier de l'encadrement d'un art‐thérapeute. Enfin, le MBAM offrira deux jours par semaine pour le grand public.

Grâce au soutien de la Fondation de la famille Rossy, Stephen Legari se joint à l'équipe du MBAM à compter d'avril 2017, à titre de Responsable des programmes éducatifs - art‐thérapie, pour assurer le bon fonctionnement de la Ruche d'art. Il aura pour mandat de concevoir, de réaliser et d'animer les activités de la Ruche d'art et assurera la liaison avec les organismes communautaires partenaires. Il supervisera tous les projets de recherche développés au Musée dans le cadre des initiatives en art‐thérapie et en santé. Il coordonnera les stagiaires du programme de thérapie par les arts de l'Université Concordia ainsi que les activités qui s'y rapportent.

Stephen Legari est art‐thérapeute professionnel (ATR), membre de l'Association des artthérapeutes du Québec (ATPQ) et du corps professoral du Montreal Institute for Developmental Transformations. Détenteur d'une maîtrise en art‐thérapie de l'Université Concordia (2011), il finalisera en mai 2017 une maîtrise ès sciences appliquées en thérapie conjugale et familiale de l'École de travail social de l'Université McGill. Le Musée profitera de son expérience en milieu scolaire, où il a animé des séances de thérapie individuelles et collectives auprès de jeunes à risque du secondaire, et au sein du réseau des Ruches d'art, où il a agi à titre d'art‐thérapeute en milieu communautaire et de coordonnateur à la Ruche d'art de Saint‐Henri. Il collabore également avec le MBAM, l'Institut universitaire en santé mentale Douglas et l'Université Concordia auprès d'un groupe réunissant des personnes aux prises avec des troubles alimentaires.

La création de la Ruche d'art au Musée n'aurait pas été possible sans l'engagement de la Fondation de la famille Rossy, dans le cadre du «Programme art‐thérapie et mieux‐être Rossy». Grâce à ce nouveau programme, le MBAM pourra étudier scientifiquement et en profondeur les bienfaits de l'art sur la santé. Ce don permet non seulement l'implantation de la première Ruche d'art dans un musée au monde mais également l'embauche du premier art‐thérapeute au MBAM, l'accueil de stagiaires provenant de l'Université Concordia, la poursuite des projets de recherche avec divers centres hospitaliers en art‐thérapie, et la mise sur pied du Comité Art et Santé, présidé par Rémi Quirion, scientifique en chef du Québec, et où siège Stéphanie Rossy, de la Fondation de la famille Rossy.

Outre la Ruche d'art, le MBAM poursuit de concert avec l'Université Concordia de nombreux autres projets, dont la création en première mondiale d'un certificat de niveau maîtrise en éducation et en médiation muséale in situ; la préparation d'un audioguide par les étudiants de Kathleen Vaughan de la faculté des arts, sur le thème de la paix, destiné aux oeuvres du nouveau Pavillon pour la Paix Michal et Renata Hornstein; le développement d'un programme avec l'Institut Raymond Dewar pour des personnes souffrant de bégaiement et d'autres troubles du langage en collaboration avec Josée Leclerc, du Département de thérapies par les arts de l'Université Concordia; la création de la Zone éducation‐culture, un carrefour dynamique aménagé sur la rue Bishop que se partagent le Quartier du Musée et le Quartier Concordia.

Le programme «Art‐thérapie et mieux‐être Rossy» du Musée, incluant la Ruche d'art, bénéficie d'un soutien de la Fondation de la famille Rossy. Le MBAM remercie également son mécène Michel de la Chenelière, qui permet au Musée de faire de l'éducation et de l'art‐thérapie un pôle essentiel et qui encourage constamment son développement. Le Musée tient aussi à souligner l'appui majeur de Bell et de la Fondation J. A. DeSève à son programme «Le Musée en partage», et à DeSerres pour la fourniture des produits artistiques utilisés dans tous ses ateliers dont la Ruche d'art.

L'Atelier international d'éducation et d'art‐thérapie Michel de la Chenelière est le plus grand complexe éducatif dans un musée d'art en Amérique. Il se déploie sur 3588 mètres carrés. Il accueille 300 000 participants par année, ce qui représente une augmentation de 207% en trois ans et un record de fréquentation parmi les musées canadiens. Grâce à l'agrandissement des espaces de l'Atelier international d'éducation et d'art‐thérapie Michel de la Chenelière en 2016, le MBAM accroît le nombre et la portée de ses ambitieux programmes éducatifs et sociocommunautaires destinés aux enfants, aux familles, aux adultes et aux personnes à besoins particuliers. Il élargit également son champ d'action et met en place d'innovants projets en santé et en art‐thérapie. Tout cela pour que chacun puisse profiter des bienfaits de  l'art.

Le MBAM poursuit son engagement pour la santé et le mieux‐être à travers de nombreux programmes sociocommunautaires afin que tous puissent profiter des bienfaits de l'art. Véritable laboratoire d'innovation, le MBAM est le premier musée d'art à intégrer des espaces physiques, un comité scientifique et une Ruche d'art - un espace de création ouvert à la communauté sous la supervision d'un art‐thérapeute - consacrés à l'art et à la santé. Le Musée fait figure de précurseur en élaborant des projets de recherche scientifique nécessitant le soutien d'art‐thérapeutes, de chercheurs ou de spécialistes du milieu médical afin de mesurer l'impact de l'art sur l'état de santé physique ou mental des individus. Médiateurs culturels, art‐thérapeutes, danse‐thérapeutes, drama‐thérapeutes et professionnels du monde médical et  communautaire unissent ainsi leurs forces et leurs expertises afin de favoriser le mieux‐être des centaines d'enfants, d'adolescents, d'adultes et de personnes à besoins particuliers. Un bureau de consultation réservé aux professionnels de la santé, aux médecins et aux art‐thérapeutes est prévu à l'intérieur du musée.