Le 16 juin dernier a été annoncé un programme de bourses de recherche et de bourses d’études mis sur pied à l’Université McGill, au moyen d’un don de deux millions de dollars de BMO Groupe financier à la Faculté des sciences.

La Presse

Les bourses de recherche seront offertes aux étudiants aux cycles supérieurs et les bourses d’études, aux étudiants au premier cycle de l’ensemble de l’Université. L’objectif du programme est de former la prochaine génération de professionnels aux importants enjeux éthiques entourant l’utilisation de l’intellligence artificielle (IA). Le programme permettra non seulement aux informaticiens et aux développeurs de logiciels, mais également aux futurs chefs de file du secteur et aux décideurs, d’acquérir les notions et les compétences nécessaires pour une utilisation responsable et éthique de l’IA, tout en générant une diversité de perspectives dans ce domaine.

« Nous sommes très reconnaissants à la BMO de ce don tourné vers l’avenir et de soutenir avec générosité et fidélité l’Université McGill, particulièrement aujourd’hui à l’occasion de son 200e anniversaire, mentionne Suzanne Fortier, principale de McGill. Ce programme de bourses témoigne une fois de plus des efforts philanthropiques de la BMO pour aider à outiller les étudiants mcgillois pour l’avenir. Le programme donnera à nos étudiants les moyens de s’attaquer aux questions d’utilisation responsable de l’IA et de diriger les échanges à ce sujet, que ce soit dans un cadre universitaire ou sur le marché du travail. »

« L’IA joue un rôle important en aidant BMO à offrir à ses clients des produits et des services novateurs qui leur donnent les moyens d’améliorer leurs finances. Pour faire une différence dans la vie, comme en affaires, nous devons nous assurer que les étudiants acquièrent les compétences nécessaires pour innover dans la recherche sur l’IA et l’application de celle-ci, tout en prenant les devants dans l’utilisation responsable de ces technologies », explique Darryl White, chef de la direction, BMO Groupe financier.

« Nous avons délibérément choisi de permettre aux étudiants de toutes les disciplines de réfléchir aux façons de tirer le maximum de l’IA sans entraîner de conséquences négatives, explique Bruce Lennox, doyen de la Faculté des sciences. Une discussion large qui transcende les disciplines est nécessaire et, pour ce faire, nous avons besoin d’une grande diversité de points de vue pour mettre en lumière les possibles problèmes dans l’application de l’IA. »

« Il y a toujours un risque que l’IA commette des erreurs, affirme Derek Ruths, professeur agrégé à l’École d’informatique de McGill. Et, si toutes les erreurs sont problématiques, c’est particulièrement préoccupant lorsque l’IA a tendance à commettre plus d’erreurs pour un certain groupe de personnes. Cela donne des résultats injustes qui peuvent être influencés par la race, le sexe et le revenu. On a déjà vu ce genre de biais en IA dans des contextes comme le maintien de l’ordre, l’évaluation des mises en liberté conditionnelle et les décisions d’embauche. »

« L’Université McGill a une occasion unique, mais aussi une responsabilité, de prendre les devants en matière d’IA responsable, parce que nous pouvons tirer parti des disciplines de l’ensemble de l’Université », ajoute Nicholas King, professeur agrégé à la Faculté de médecine et des sciences de la santé et à l’École de politiques publiques Max Bell de McGill. « Ces bourses permettront à un groupe diversifié d’étudiants de mettre à profit l’expertise de nos enseignants et de mieux comprendre comment utiliser cette technologie d’une manière responsable, sans creuser les inégalités ou menacer la cohésion sociale. »

Les boursiers entreprendront le programme à l’automne 2022.

La BMO soutient depuis longtemps McGill et sa mission d’enseignement. Sa générosité à l’égard de l’Université remonte à plus d’un siècle. Parmi ses contributions, mentionnons un don porteur de changement au Centre de recherches interdisciplinaires en études montréalaises, l’établissement de la Chaire Banque de Montréal en finances et opérations bancaires à la Faculté de gestion Desautels, ainsi qu’un soutien important aux bourses de recherche aux cycles supérieurs et à la recherche sur les tumeurs cérébrales au Neuro.

Les dons philanthropiques comme celui de BMO Groupe financier contribuent à Forgé par McGill : La campagne de notre troisième siècle, l’ambitieuse campagne de financement de deux milliards de dollars de l’Université qui appuie ses audacieuses aspirations pour la recherche, les découvertes et l’apprentissage.

Fondée en 1821, l’Université McGill accueille des étudiants, des professeurs et des employés d’exception de partout au Canada et du monde entier. Année après année, elle se classe parmi les meilleures universités du Canada et du monde. Établissement d’enseignement supérieur de renommée mondiale, l’Université McGill exerce ses activités de recherche dans deux campus, 11 facultés et 13 écoles professionnelles; elle compte 300 programmes d’études et au-delà de 40 000 étudiants, dont plus de 10 200 aux cycles supérieurs.

Depuis plus de 200 ans, BMO est un fournisseur de services financiers hautement diversifiés − la huitième banque en importance pour son actif en Amérique du Nord. Fort d’un actif de 950 milliards de dollars au 30 avril 2021 et d’un effectif mobilisé et diversifié, BMO offre à plus de 12 millions de clients une vaste gamme de produits et de services dans les domaines des services bancaires aux particuliers et aux entreprises, de la gestion de patrimoine et des services de banque d’affaires par l’entremise de trois groupes d’exploitation : Services bancaires Particuliers et entreprises, BMO Gestion de patrimoine et BMO Marchés des capitaux.