Me Johanne Savard, qui jusqu’en août dernier était l’ombudsman de la Ville Montréal, a reçu le 14 septembre dernier la Médaille du Barreau de Montréal. Cette distinction lui est attribuée par le Conseil du Barreau, avec l’accord unanime des anciens bâtonniers, pour souligner sa contribution remarquable à la cause de la justice.

La Presse

« Je suis extrêmement touchée par cette reconnaissance qui me vient de mes pairs. L’accès à la justice et le sens de l’équité ont toujours aiguillé ma carrière : ils m’ont aidé à naviguer dans notre écosystème juridique dont les composantes essentielles incluent l’information des citoyens sur leurs droits ainsi que la prévention et la résolution facile des conflits. Je suis très fière de joindre un tableau de récipiendaires prestigieux qui ont contribué à l’évolution du droit au Québec. Quelle belle façon pour moi de souligner mon récent départ à la retraite », souligne Me Johanne Savard.

« La récente vague de dénonciations sur les réseaux sociaux confirme l’importance d’avoir accès à des recours plus souples et efficaces pour régler les problèmes facilement et rapidement, sans mettre en péril les valeurs fondamentales de notre société démocratique dont, principalement, la présomption d'innocence et le droit à un processus objectif et équitable qui nous protègent contre les abus et les injustices », rappelle Me Savard.

Me Johanne Savard a étudié les sciences politiques à l’Université Concordia puis le droit à l’Université de Montréal. Elle a été admise au Barreau du Québec en 1980. Elle a pratiqué le droit pendant plus de 20 ans au sein de deux grands cabinets montréalais puis, en 2003, elle est devenue la première titulaire du poste d’ombudsman de Montréal. Il n'y avait alors aucun ombudsman municipal au Canada.

L'équipe de l'ombudsman traite les plaintes de citoyens qui se croient lésés par une décision, une action ou une omission de la Ville de Montréal. L’ombudsman initie également des enquêtes sur des problèmes systémiques. Depuis 2016, Me Savard est présidente du conseil d’administration du Forum canadien des ombudsmans. Jusqu’à tout récemment, elle siégeait aussi sur le conseil de l’Association des ombudsmans et médiateurs de la francophonie.