L'utilisation du téléphone cellulaire est dorénavant interdite au volant. Au cours des trois prochains mois, les policiers du Québec, dont ceux de Granby et Bromont, sensibiliseront les conducteurs. Mais à compter du 1er juillet, ils passeront en mode répressif.

Publié le 2 avr. 2008
Karine Blanchard

Tous les conducteurs doivent maintenant avoir un dispositif mains libres s'ils veulent utiliser leur téléphone cellulaire. En aucun cas, ils ne doivent l'avoir en main.

À la sûreté municipale de Granby, plusieurs opérations de sensibilisation sont prévues prochainement. Les policiers remettront des dépliants d'information de la Société de l'assurance automobile du Québec expliquant cette nouvelle mesure.

Dès qu'ils intercepteront un conducteur pour diverses raisons, les agents en profiteront également pour lui donner l'information sur l'interdiction d'utiliser un téléphone cellulaire au volant sans un dispositif mains libres.

À Bromont, les agents remettront aussi la documentation expliquant la nouvelle mesure, qui vise à diminuer les sources de distraction pour les conducteurs.

«Si on voit un conducteur qui a un téléphone cellulaire dans ses mains, on va l'intercepter tout de suite et on va lui remettre le dépliant», explique Bruno Grondin, directeur adjoint du service de police de Bromont.

Seuls les policiers, pompiers et ambulanciers sont exemptés de cette mesure. Ils pourront utiliser un téléphone cellulaire au volant à condition que ce soit dans le cadre de leurs fonctions.

À compter du 1er juillet, les automobilistes ont tout intérêt à utiliser un dispositif mains libres. Un conducteur fautif écopera en effet d'une contravention variant de 80 $ à 100 $, plus les frais, et de trois points d'inaptitude.

«En surveillant les ceintures de sécurité ou la vitesse à une intersection, on devra surveiller l'utilisation des cellulaires, dit Guy Rousseau, porte-parole de la SM Granby. Pour nous, ça ne change pas grand-chose. Ça fait partie de notre travail.»

Vitesse excessive

Depuis hier, les policiers seront aussi plus sévères à l'endroit des automobilistes qui circulent à grande vitesse sur les routes. Et pour eux, il n'y aura aucun avertissement.

Le nombre de points d'inaptitude est doublé. Le montant des contraventions est doublé et triplé, selon le nombre d'infractions pour excès de vitesse inscrit au dossier du conducteur.

À titre d'exemple, un conducteur qui roule à 145 km/h dans une zone de 90 km/h sera passible d'une amende de 710 $ et de 10 points d'inaptitude. Cette condamnation sera aussi inscrite pendant 10 ans dans son dossier de conducteur.

«Si on voit un conducteur qui a un téléphone cellulaire dans ses mains, on va l'intercepter tout de suite et on va lui remettre le dépliant», explique Bruno Grondin.