Un nombre potentiel de plusieurs centaines de clients ont pu être victimes de fraudes par carte de débit, la semaine dernière, dans l'ouest de Montréal, incitant les banques impliquées à geler les avoirs bancaires de milliers de clients, par précaution.

PRESSE CANADIENNE

Un nombre potentiel de plusieurs centaines de clients ont pu être victimes de fraudes par carte de débit, la semaine dernière, dans l'ouest de Montréal, incitant les banques impliquées à geler les avoirs bancaires de milliers de clients, par précaution.

Les banques assurent que si des sommes ont été dérobées à leurs clients, ceux-ci seront remboursés.

Le Service de police de la Ville de Montréal n'a pas encore ouvert d'enquête puisqu'aucune banque n'a jusqu'ici formellement porté plainte. Cependant, des enquêtes internes ont présentement lieu au sein des institutions financières où des doutes existent; des plaintes au criminel pourraient éventuellement être logées à la police.

Robert Quévillon, chef de l'escouade des crimes financiers et contre la propriété du SPVM, reconnaît que le clonage des cartes de débit est un phénomène criminel grandissant et il invite les usagers à la plus grande prudence. La technologie utilisée par les malfaiteurs est de plus en plus sophistiquée.

Industrie Canada rappelle que pour qu'une fraude se produise, un voleur a besoin du numéro d'identification personnelle du propriétaire de la carte, le NIP, de même que de l'information que contient la bande magnétique au verso de la carte. Par conséquent, si la carte est volée ou copiée, le voleur doit trouver le moyen d'obtenir le NIP.